Se connecterSe connecter
Marque
Modèle
Prix
Diamètre
Année
Lieu
Plus
Votre sélection

Votre sélection

Votre sélection

Votre recherche n'a donné aucun résultat.
Votre sélection

Votre recherche n'a donné aucun résultat.
Votre sélection

Votre recherche n'a donné aucun résultat.
Données générales
Type de montre
Référence
Plus ...
Neuve/Occasion
Disponibilité
Sexe
État
Plus ...
Contenu livré
Caractéristiques & fonctions
Mouvement
Boîtier
Plus ...
Cadran
Plus ...
Verre
Plus ...
Complications
Plus ...
Hauteur
Plus ...
Matériel lunette
Plus ...
Chiffres du cadran
Étanche
Plus ...
Autres
Plus ...
Bracelet
Matière du bracelet
Plus ...
Largeur entrecorne
Plus ...
Couleur du bracelet
Plus ...
Matériel de verrouillage
Plus ...
Annuler

Trier par

IWC PILOT'S WATCH AUTOMATIC 36 Ref. IW324002 IWC PILOT'S WATCH AUTOMATIC 36 Ref. IW324002
3.850 

Montres d'aviateur : la fonctionnalité au service de l'exigence

Les montres d'aviateur sont des instruments de précision et des accessoires de mode. Conçues à l'origine pour les pilotes, elles comptent aujourd'hui parmi les montres les plus convoitées. IWC et Breitling font partie des marques les plus renommées.

Chronique des montres d'aviateur

  • Marques célèbres : IWC, Breitling, Tutima, Fortis
  • IWC Mark XI : la montre d'aviateur par excellence
  • Prix raisonnables : certains modèles à moins de 1000 euros
  • Breitling Navitimer avec fonction chronographe et règle à calcul
  • Cartier Santos : la première montre-bracelet d'aviateur

Une montre d'aviateur à bord du cockpit

Les montres d'aviateur sont intimement liées à la navigation aérienne, tant d'un point de vue historique que fonctionnel. De nombreuses montres d'aviateur possèdent par exemple la fonction chronographe, permettant de chronométrer des intervalles de temps. Le concept de montre d'aviateur ne fait pas l'unanimité. Certains s'attendent par là à un design caractéristique : un cadran noir, des index ou des chiffres blancs et de grosses aiguilles. Pour d'autres, la montre d'aviateur est avant tout synonyme de fonctionnalité : une bonne lisibilité de jour comme de nuit ou une bonne résistance aux chocs font pour eux partie des qualités indispensables de la montre d'aviateur.
Pendant longtemps, il n'existait pas de normes communes aux montres d'aviateur comme c'est par exemple le cas des montres de plongée avec la norme internationale ISO 6425 (DIN 8330). Cela change en 2016 avec l'introduction de la norme DIN 8330, inspirée du TESTAF (Technischen Standard Fliegeruhren, ou standard technique des montres d'aviateur). Selon la norme DIN 8330, une montre d'aviateur certifiée doit être capable de remplacer les instruments de mesure du cockpit d'un avion. La montre d'aviateur vous permet également d'accomplir tous les types de calculs liés à la navigation aérienne. L'entreprise allemande Sinn est le premier fabricant à proposer pareils garde-temps dans son catalogue.
Parmi les marques les plus célèbres à produire des montres d'aviateur, citons les manufactures suisses Breitling et IWC. Le design de l'IWC Mark XI est reconnu dans le monde entier et a été copié à maintes reprises. La montre arbore sobrement son cadran noir, de grands chiffres et index, et un triangle en lieu et place du 12. IWC a produit ce modèle à remontage manuel pour de nombreuses forces aériennes.
Parmi les garde-temps les plus célèbres de Breitling, on compte la Navitimer. En plus de sa fonction chronographe, elle arbore une lunette tournante munie d'une règle à calcul. Cet outil vous permet entre autres de connaître votre vitesse, d'évaluer une distance ou encore votre consommation de carburant. La règle à calcul est également utile pour convertir des unités.

Conseils pour l'achat d'une montre d'aviateur

Si vous désirez acheter une montre d'aviateur, sachez que vous avez le choix entre différents modèles de différentes marques. L'offre est relativement conséquente et il y en a même pour tous les budgets. Les montres les moins onéreuses, conçues par Breitling par exemple, vous coûteront moins de 1000 euros. La Breitling Aerospace est équipée des célèbres cavaliers de lunette à 3, 6, 9 et 12 heures. Elle bat au rythme d'un calibre à quartz extrêmement précis. D'occasion, vous la trouverez aux alentours de 800 euros. Autre exemple, la Breitling Chronomat d'occasion vous coûtera également moins de 1000 euros.
Vous trouverez de nombreuses Breitling d'occasion entre 1000 et 2500 euros. Les montres d'aviateur du fabricant français Bell & Ross évoluent également dans cette gamme de prix. Un chronographe d'aviation d'occasion conçu par IWC vous coûtera près de 2000 euros. Comptez moins de 2000 euros pour les versions simples à trois aiguilles. S'ils sont en très bon état, comptez plutôt 2500 euros pour un chronographe IWC d'occasion.
Le modèle 857 UTC de Sinn existe en deux versions : avec ou sans certificat TESTAF. Les deux montres s'achètent néanmoins à un prix similaire, soit près de 1900 euros pour un exemplaire neuf. Le chronographe Sinn 103 Ti TESTAF vous coûtera à partir de 2300 euros neuf. Comptez près de 2800 euros pour une version neuve munie des fonctions chronographe et GMT.
En restant sous la barre des 10 000 euros, on trouve encore la GMT-Master de Rolex. La manufacture genevoise développe cette montre GMT au milieu des années 1950 pour répondre aux exigences des pilotes de ligne. Elle est devenue la montre officielle de la compagnie aérienne Pan American World Airways (Pan Am).

Chronologie de la montre d'aviateur

La Cartier Santos est l'une des premières montres d'aviateur au monde. Louis Cartier développe cette montre-bracelet au boîtier carré en 1904 pour le célèbre aviateur brésilien Alberto Santos-Dumont. Deux ans plus tard, Dumont effectue son tout premier vol public à bord d'un avion motorisé. Bien entendu, le pilote porte une Santos au poignet et peut ainsi garder les deux mains sur le poste de pilotage tout en consultant l'heure qu'il est.
Les montres d'aviation actuelles tirent leurs origines des montres de poche, plus précisément des montres d'observation de la navigation maritime. Les collectionneurs les appellent des B-Uhren ou montres de bord, en anglais Deck Watches. Chaque appellation renvoie néanmoins au même type de montres : il s'agit d'une montre de gousset portable qui vient compléter les chronomètres de bord. Le chronomètre de bord était incrusté dans son boîtier et monté sur trois axes pivotants pour que le cadran soit toujours tourné vers le haut, même en cas de fortes intempéries. Le chronomètre de bord était régulé dans cette position. Les marins avaient besoin de ce chronomètre de bord pour déterminer leur position exacte. Pour les longs parcours, les montres précises étaient indispensables à la navigation.
Les officiers de la marine synchronisaient leur montre de bord avec leur chronomètre de bord. Puis ils se rendaient sur le pont pour déterminer la position exacte du bateau à l'aide du sextant. La montre de bord était certes munie d'un calibre très précis, mais les grosses variations de température et les différentes positions la rendaient moins précise qu'un chronomètre de bord.
Lorsque les premiers pilotes d'avion ont eu besoin de garde-temps à la fin du XXe siècle, ils ont eu recours aux montres de bord de la marine. Le boîtier des montres d'observation était relié à de grandes anses métalliques au travers desquelles passait l'épais bracelet de cuir. Cela permettait de faire varier la longueur du bracelet afin que la montre s'ajuste tout aussi bien autour de la cuisse qu'au poignet, au-dessus d'une combinaison par exemple. Ces montres d'aviateur se distinguaient par leur couronne imposante qui permettait de régler l'heure même avec des gants.
Ce n'est que peu de temps après que les montres de bord prennent le design caractéristique des montres d'aviateur. Le cadran noir et les aiguilles jaunes s'imposent immédiatement. Si la pâte luminescente utilisée au début du XXe siècle est encore radioactive, les fabricants ont désormais recours au SuperLuminova. Le cadran noir présente un avantage évident : il n'éblouit pas et reste parfaitement lisible dans l'obscurité.
La plupart des premières montres d'aviateur étaient déjà équipées d'un stop seconde. Il permet de régler la montre avec une précision extrême, qualité indispensable en navigation. Parmi les fabricants allemands de montres d'aviateur les plus importants, on compte l'entreprise A. Lange & Söhne sise à Glashütte. Durant la Seconde Guerre mondiale, la marque réservait sa production de montres d'aviateur à l'armée de l'air. Voilà pourquoi ces montres militaires sont aujourd'hui extrêmement difficiles à trouver. Les chronographes d'aviation se font tout aussi rares. Ces montres-bracelets à fonction chronomètre étaient produites par des fabricants comme Tutima ou Junghans. À l'origine, leurs calibres étaient conçus à Glashütte. Il existe entre 300 et 400 exemplaires de ces montres des années 1930 et 1940. Ces modèles vintage vous coûteront plus de 30 000 euros.

Principales caractéristiques historiques des montres d'aviateur

  • Inspirées des montres de bord (B-Uhren)
  • Premières montres d'aviateur : montres de bord avec bracelet en cuir
  • Première montre-bracelet d'aviateur : Cartier Santos
  • A. Lange & Söhne est l'un des plus grands fabricants de montres d'aviateur allemandes

IWC Mark XI : l'icône des montres d'aviateur

L'IWC Mark XI est un grand classique de l'aviation. Le fabricant suisse IWC lance la production de cette montre dans les années 1940. La Mark XI est une version rétrécie de la Mark X. Pendant près de 30 ans, IWC livre sa Mark XI aux forces aériennes de plusieurs pays. Cette montre sobre était munie d'un calibre à remontage manuel. Elle ne disposait cependant pas de la fonction chronographe, ce qui explique son prix très abordable à l'époque (environ 350 francs suisses). Elle se négocie désormais entre 5000 à 9000 euros. La montre se caractérisait par un cadran noir, des chiffres clairs et un triangle en lieu et place du 12. Aujourd'hui encore, certains fabricants tels que Fortis produisent des montres au design similaire.

DIN 8330 : la nouvelle norme des montres d'aviateur

Début 2016, une norme officielle encadrant les montres d'aviateur est entrée en vigueur : la DIN 8330. Le fabricant allemand Sinn Spezialuhren est à l'origine de son développement. À l'été 2013, le DIN (institut allemand encadrant les normes) décide de se lancer dans la création de cette norme qui s'inspire du TESTAF (développé par Sinn Spezialuhren en 2012 en collaboration avec l'Université d'Aix-La-Chapelle) et, surtout, des exigences de la navigation aérienne contemporaine. Selon la DIN 8330, une montre-bracelet d'aviation doit être capable de remplacer tous les appareils de mesure nécessaires à la navigation aérienne. Elle doit également être compatible avec les instruments de bord d'un avion, elle ne doit représenter de danger ni pour l'appareil ni pour le pilote, et doit résister à la pression physique exercée en plein trafic aérien.
La DIN 8330 fait le distingo entre le vol à vue (en anglais VFR, visual flight rules) et le vol aux instruments (en anglais IFR, instrument flight rules). La différence est claire : les montres certifiées selon les règles IFR nécessitent la fonction chronographe. Les montres certifiées VFR affichent un compteur 12 heures et 60 minutes. L'aiguille des secondes au centre doit pouvoir être stoppée. La norme DIN exige également une lunette tournante bidirectionnelle graduée en minutes. Le cadran et l'arrière-plan de cette échelle doivent être d'un noir mat. Le cadran ne peut pas mesurer moins de 27 mm de diamètre. La montre d'aviateur devant être parfaitement lisible de jour comme de nuit, la norme prévoit que les index des heures, le triangle d'orientation placé sur la lunette, ainsi que les aiguilles des heures, des minutes et des secondes doivent être recouverts de pâte luminescente, qui doit pouvoir briller pendant au moins 3 heures.
La DIN 8330 prévoit également que les montres d'aviateur et leurs commandes restent parfaitement fonctionnelles entre -15°C et +55°C. Sans oublier le crash test, une simulation de chute de 1 m de haut sur sol dur. L'étanchéité des montres est encadrée par la norme DIN 8310. La précision, la robustesse des bracelets et la résistance aux champs magnétiques font également partie des caractéristiques mises à l'épreuve. Cette série de tests ne doit en aucun cas entraver la fonctionnalité de la montre. Une fois le contrôle terminé, aucun coup et aucune rayure visible ne sont tolérés.