Se connecterSe connecter
3 036 montres pour "

Oris

"
Marque
Modèle
Prix
Diamètre
Année
Lieu
Plus
Votre sélection

Votre sélection

Votre sélection

Votre recherche n'a donné aucun résultat.
Votre sélection

Votre recherche n'a donné aucun résultat.
Votre sélection

Votre recherche n'a donné aucun résultat.
Données générales
Type de montre
Référence
Plus ...
Neuve/Occasion
Disponibilité
Sexe
État
Plus ...
Contenu livré
Caractéristiques & fonctions
Mouvement
Boîtier
Plus ...
Cadran
Plus ...
Verre
Plus ...
Complications
Plus ...
Hauteur
Plus ...
Matériel lunette
Plus ...
Chiffres du cadran
Étanche
Plus ...
Autres
Plus ...
Bracelet
Matière du bracelet
Plus ...
Largeur entrecorne
Plus ...
Couleur du bracelet
Plus ...
Matériel de verrouillage
Plus ...
Annuler

Trier par

Oris BC4 Flight Timer Oris BC4 Flight Timer Prête à être expédiée 1.600  GR 84 2016

Oris : des montres mécaniques élaborées

Célèbre pour la robustesse de ses montres sportives, Oris s'illustre par des fonctionnalités intelligentes, telles que l’altimètre ou le profondimètre. La marque suisse indépendante au rotor rouge propose également des montres classiques.

Oris ne propose que des montres mécaniques, qui séduisent par leurs fonctionnalités intelligentes et leur prix attractif. Le succès de l'entreprise indépendante de Hölstein, près de Bâle, repose sur quatre piliers : les collections Culture, Plongée, Aviation et Sport Automobile. La Big Crown ProPilot Altimeter fascine notamment par son altimètre mécanique. La montre de pilote s'adapte à la pression atmosphérique, sans laisser l'humidité pénétrer à l'intérieur du boîtier. Issue de la série Aquis, la montre de plongée Aquis Depth Gauge dispose d'un profondimètre qui fonctionne selon un principe physique simple : la loi de Boyle-Mariotte. Ainsi, si la pression double, le volume d'air est réduit de moitié. Oris creuse une jauge dans le verre, permettant à l'eau de pénétrer à l'intérieur de la montre. La profondeur se lit ensuite sur une échelle. Les garde-temps de la collection Sport automobile affichent également leur côté sportif et sont majoritairement dotés de la fonction chronographe. La vitesse des bolides effectuant leurs tours de piste peut ainsi être mesurée sans problème. Une échelle tachymétrique facilite la lecture de la vitesse chronométrée.
Les montres de la collection Culture sont plutôt classiques, à l'image des modèles de la série Artelier. Le fabricant sélectionne les mouvements de base conçus par les maisons ETA et Sellita, et les complète ensuite avec ses propres modules. S'ajoutent ainsi des complications telles que les phases de lune, l'affichage des jours de la semaine et des mois. Toutes les automatiques arborent l'emblème de la marque : le rotor rouge complété de l'inscription "High Mech". La plupart des montres étant équipées d'un verre saphir, le rotor de remontage des calibres automatiques est visible - les montres de plongée à fond vissé constituent l'exception. En 2014, Oris présente le calibre à remontage manuel 110, qui dispose d'une réserve de marche de 10 jours. C'est le premier mouvement créé en interne depuis 1981.

Les calibres de manufacture Oris 110 et 111

Pour son 110e anniversaire, Oris présente le calibre de manufacture 110 qui équipe l'élégante et intemporelle montre-bracelet 110 Years Limited Edition. Pour atteindre une impressionnante réserve de marche de 10 jours, le calibre à remontage manuel ne tire son énergie que d'un seul barillet. L'affichage non linéaire de la réserve de marche à 3 heures présente les jours sous forme de segment : plus on approche de la fin de la réserve et plus les jours sont éloignés. Oris est le premier fabricant à marier pareille autonomie et affichage non linéaire, innovation d'ailleurs brevetée par la marque. Elle fonctionne de la façon suivante : deux roues dentées en forme d'escargot - situées en haut à gauche du balancier - s'entraînent mutuellement pour faire bouger l'aiguille de la réserve de marche au fil des jours. Lorsque la montre est remontée à son maximum, son déplacement est lent. Passé six jours, le chemin s'allonge. Il aura fallu 10 ans à la manufacture pour développer ce calibre en collaboration avec l'École Technique du Locle.
 
Le calibre se compose de 177 pièces, il compte 40 rubis et oscille à une fréquence de 3 Hz - soit 21 600 alternances par heure. Il dispose d'un stop-seconde pour la petite seconde située à 9 heures et d'un système de réglage précis. Si l'on observe le calibre depuis le verre saphir, la grandeur du barillet attire automatiquement le regard. Il abrite un ressort d'1,8 m de long, qui fournit l'énergie nécessaire pour atteindre 10 jours d'autonomie. Située au centre du barillet, on remarque la vis en forme d'étoile qui rappelle le logo du constructeur automobile allemand, Mercedes. Dans la partie basse du calibre, on observe le balancier relativement petit qui rythme le fonctionnement de la montre. Visuellement, le système de réglage précis fait penser à un râteau. Présenté plus tard, le calibre 111 présente une amélioration pratique : un guichet de la date à 9 heures. Muni d'un correcteur de date, son réglage est facile et rapide. Ce mouvement équipe la montre-bracelet Oris Artelier Calibre 111, avec boîtier en acier inoxydable ou en or rose 18 carats.

Les grandes favorites d'Oris

Les collections Culture, Plongée, Aviation et Sport automobile rencontrent un succès similaire à l'international. Les modèles Artelier, Classic, Artix et Rectangular de la série Culture sont particulièrement appréciés en Asie. Cette collection compte aussi plusieurs exemplaires portant le nom de figures emblématiques du jazz, comme la Thelonius Monk Limited Edition.
En Europe, la montre de plongée Aquis Date a le vent en poupe. Cette montre à trois aiguilles, sportive et robuste, est particulièrement appréciée par les plongeurs du dimanche : des hommes entre 25 et 40 ans à la recherche de montres aussi solides que soignées. Depuis la fin des années 1990, ces jeunes hommes en quête de qualité sont le groupe cible d'Oris. Les ambassadeurs de la marque correspondent tout à fait à cette image, à l'instar de Carlos Coste, célèbre apnéiste détenteur de onze records mondiaux. Maître de l'apnée en immersion libre, le Vénézuélien plonge à la seule force de son souffle. Il s'agit-là de la façon de plonger la plus ancestrale. Les montres de la collection Aquis sont étanches entre 300 et 500 m, elles correspondent ainsi parfaitement aux exigences des plongeurs professionnels. Les modèles de la collection ProDiver vont encore plus loin : ces garde-temps sont capables d'accompagner le plongeur jusqu'à 1000 m et résistent ainsi à une pression de 100 bar.
La collection Sport automobile d'Oris fascine tout autant. Les montres de la série Williams résultent de la collaboration avec l'écurie de Formule 1 éponyme. Les montres et chronographes comme l'Audi Sport ou la Calobra s'inspirent du sport automobile. Les échelles tachymétriques permettent de lire la vitesse des bolides. Autre caractéristique de ces montres rendant hommage au sport automobile : le bracelet en cuir percé de trous. L'esthétique des montres de cette collection rappelle les chronographes de la série Carrera du fabricant suisse Tag Heuer.
Les modèles Big Crown de la collection Aviation ont conservé les caractéristiques esthétiques des premières Oris. Leur design correspond typiquement à celui des montres de pilotes. Des complications aussi utiles que les fonctions GMT, l'altimètre ou le chronographe renforcent leur fonctionnalité.

La success-story Oris

L'histoire débute en 1904, lorsque Paul Cattin et Georges Christian fondent une fabrique de montres à Hölstein. L'entreprise est nommée d'après le ruisseau Oris qui coule dans la vallée voisine. À l'époque, Cattin et Christian reprennent les activités de la société horlogère Lohner & Co, fermée peu de temps auparavant. Avec plus de 300 employés en 1911, Oris devient le principal employeur de la région. L'entreprise ne tarde pas à s'agrandir et à ouvrir d'autres filiales. Avec plus de 800 employés, Oris compte dans les années 1960 parmi les dix principaux fabricants horlogers suisses.
Après la Seconde Guerre mondiale, Oris se confronte à une particularité suisse : le statut horloger de 1934. Introduit dans le but de protéger l'industrie horlogère helvétique, il définit si le fabricant a le droit ou non d'introduire telle ou telle innovation. Jusqu'en 1966, Oris n'est pas autorisée à produire d'échappement à ancre. L'entreprise tire le maximum de cet inconvénient en veillant à l'optimisation constante de son échappement à chevilles. Entre 1945 et 1953, il a été certifié plus de 240 fois par les Bureaux Officiels de Contrôle de la Marche des Montres. En 1966, le statut est révisé à la demande du directeur général Rolf Portmann. Appréciées pour leur robustesse, les montres produites par Oris en 1942 sont particulièrement recherchées.
En 1970, l'entreprise rejoint le groupe ASUAG, premier groupe horloger suisse qui, fusionné à la Société Suisse pour l'Industrie Horlogère (SSIH), donnera naissance au groupe Swatch. La crise du quartz touche aussi très largement Oris à l'époque, qui s'apprête à faire faillite. En 1982, l'équipe de direction - composée de Rolf Portmann et Ulrich W. Herzog - décide de reprendre les activités en main. Oris fait depuis partie des rares fabricants suisses à ne pas faire partie d'un grand groupe.

Oris : des montres mécaniques à des prix attractifs

La manufacture de montres Oris se distingue par des montres sportives et masculines axées sur la fonctionnalité. Entre chronographes, montres de plongée ou d'aviateur, les garde-temps du fabricant suisse se prêtent aussi bien à une utilisation professionnelle qu'à un port quotidien. Le catalogue de la marque compte également des modèles classiques intemporels. L'emblème de ce fabricant de montres exclusivement mécaniques est un rotor rouge muni de l'inscription "High Mech". Fidèle à son slogan "des montres authentiques pour des êtres authentiques", Oris garde les pieds sur Terre.