Protection des Acheteurs Garantie d'Authenticité Pourquoi Chrono24 ? France  | EUR
Se connecterSe connecter

Universal Genève Polerouter : la montre vintage spéciale

Jonathan Arnold
01.11.2017
Partager l’article:
Universal Genève Polerouter Date, Photo : Auctionata Universal Genève Polerouter Date, Photo : Auctionata
Jonathan Arnold
01.11.2017

 

C’est un fait, les montres mécaniques vintage passionnent toujours autant les foules. Il demeure néanmoins possible d’acquérir un petit bijou historique sans casser pour autant sa tirelire. Comme pour beaucoup de choses, il suffit de creuser un peu pour trouver de quoi se satisfaire.

L’Universal Genève Polerouter en est un bon exemple. Dessinée par le légendaire Gérald Genta au début des années 1950, la Polerouter a rapidement rencontré un franc succès et fut vite assimilée à des modèles conçus par Rolex ou Omega. Heureusement pour les collectionneurs, certains exemplaires en très bon état se trouvent encore entre 1000 et 2000 euros.

 

Universal Genève

Universal Genève Tri-Compax

Universal Genève Tri-Compax, Photo : Auctionata

 

La manufacture Universal Watch est créée en 1894 au Locle (Suisse) par Numa-Émile Descombes et Ulysse-Georges Perret. Malheureusement, Descombes décède trois ans plus tard à l’âge de 34 ans. Georges Perret scelle un nouveau partenariat avec Louis-Édouard Berthoud en 1897. Grâce à son approche innovante en matière d’horlogerie, « Universal Watch » obtient rapidement bonne presse dans toute l’Europe et en Amérique. En 1919, l’entreprise déménage à Genève et travaille sérieusement à la conception d’un système de remontage automatique pour les montres-bracelets.

Après la mort de Georges Perret en 1933, son fils Raoul passe à la tête de l’entreprise. De nouveaux investisseurs placent leurs billes et en 1934, l’entreprise change de nom pour devenir « Universal Watch Co. Ltd. Genève ». Plusieurs chronographes ont été développés puis salués à leur sortie, érigeant Universal Genève au rang de manufacture innovante et de qualité. En réalité, le succès était si grand que l’usine de Genève n’arrivait plus à répondre à la demande toujours grandissante de ses chronographes les plus populaires « Compur » et « Compax », et une nouvelle usine de production de chronographes a dû ouvrir ses portes en 1941 à Pont-de-Martel. Peu de temps après, la Tri-Compax fait son apparition en 1944, autre modèle à succès pour l’entreprise.

 

Conçue par Gérald Genta

Universal Genève Polerouter

Universal Genève Polerouter, Photo : Auctionata

 

Si vous êtes amateur de montres, le nom de Gérald Genta doit vous être familier. Ce designer suisse a en effet dessiné certaines des montres les plus légendaires de l’horlogerie moderne, comme la Royal Oak d’Audemars Piguet, la Nautilus de Patek Philippe et l’Ingenieur SL d’IWC. C’est près de vingt ans avant d’imaginer la Royal Oak pour AP que Genta a été sollicité par Universal Genève.

À l’âge de 23 ans, Genta est réquisitionné par la manufacture suisse pour dessiner une montre hommage à la mission réalisée par la compagnie aérienne scandinave SAS, ralliant New York et Los Angeles à l’Europe. Ce qui semble banal aujourd’hui n’était pas une mince affaire à l’époque. C’est en effet la première fois qu’une compagnie aérienne survole le pôle Nord. Ce « raccourci » emprunté par la SAS lui permet de rejoindre Los Angeles depuis Copenhague en près de 24 heures (sans compter la pause de 3 heures au Canada).

Survoler le pôle Nord apportait son lot de défis à relever. Parmi eux, la forte exposition aux champs magnétiques qui perturberaient totalement la navigation de la SAS et ses instruments de chronométrage, y compris les montres-bracelets des pilotes et de l’équipage. Si SAS a su entièrement repenser son système de navigation, elle a du faire appel à Universal Genève pour l’aider à surmonter le problème de chronométrage.

Déjà bien immergée dans les problématiques de champs magnétiques, Universal Genève demande à Gérald Genta de dessiner une montre qui deviendrait LA montre officielle des pilotes de la compagnie. La première d’entre elles faisant apparaître le logo SAS sur le cadran, a été présentée à l’équipage à l’occasion de son atterrissage réussi lors du voyage inaugural vers l’aéroport de Los Angeles. La montre a vite obtenu le surnom de Polarouter, puis Polerouter : une légende était née.

 

La Polerouter

Vintage Universal Genève Polerouter

Vintage Universal Genève Polerouter, Photo : Auctionata

 

Passée la présentation de cette série conçue spécialement pour l’équipage de la SAS, la Polerouter a été officiellement présentée au public en 1954. Comme pour les versions SAS, les premiers modèles battaient au rythme du calibre automatique 138SS avec masse oscillante pendulaire entre deux absorbeurs de chocs. Peu de temps après, la montre prend le nom de Polerouter et passe au calibre 215 dit à « micro-rotor », un nouveau mouvement automatique doté d’un système de remontage à micro-rotor particulièrement innovant.

 

Calibre 215 dit à « micro-rotor » : une véritable légende

Universal Genève Polerouter Movement

Universal Genève Polerouter, Photo : Auctionata

 

Le calibre 215 dit à « micro-rotor », comme les calibres 218-1 et 218-2 qui sont arrivés plus tard, est l’un des mouvements les plus célèbres conçus par Universal Genève, ils ont servi de base au légendaire calibre 69. Annoncé comme le mouvement automatique le plus fin de son époque, le micro-rotor était capable de remonter le ressort dans les deux directions, fournissant davantage d’énergie à la montre qui parvient ainsi à une impressionnante réserve de marche de 60 heures. Le rotor est en plaqué or rose et arbore une finition colimaçonnage, tandis que le mouvement en lui-même est en plaqué rhodium et arbore une décoration fausses Côtes de Genève.

À la même époque, la manufacture horlogère Buren travaille sur le même concept en collaboration avec Hamilton. Par conséquent, même si Universal Genève introduit le calibre 215 dit à « micro-rotor » en 1955, la manufacture n’a pu breveter son système qu’en 1958 à cause de petits accrochages juridiques. Néanmoins, les premiers mouvements produits affichent la mention « Patented Rights Pending » (brevet déposé) sous le rotor.

Les quinze années suivantes ont vu naître plusieurs autres modèles de Polerouter. En plus du boîtier classique avec barrettes « bombe » et anneau interne (Polerouter, Polerouter de luxe, Polerouter Date), de nouveaux modèles avec des boîtiers et des cadrans différents font leur apparition (Polerouter Jet, Polerouter Super, Polerouter Genève, Polerouter Compact, Polerouter « NS », Polerouter III, Polerouter Sub). Avec toutes ces versions, il est difficile de faire son choix, même si, personnellement, j’ai une petite préférence pour la Polerouter Date et la Polerouter Sub.

 

Polerouter Date

Universal Genève Polerouter Date

Universal Genève Polerouter Date, Photo : Auctionata

 

La Polerouter Date est une montre à l’élégance la plus classique. Au sommet de sa popularité, elle était même considérée comme similaire à la Rolex Oyster Date et à l’Omega Seamaster Date. Présentée dans un boîtier de 34 mm de diamètre, la montre dessinée par Gérald Genta est toujours aussi intemporelle. J’aime son guichet de la date asymétrique et la composition épurée de son cadran. Les versions des années 1950 sont animées par le calibre 218-2, qui a inspiré la création du légendaire calibre 69.

 

Polerouter Sub

Vintage Universal Genève Polerouter

Vintage Universal Genève Polerouter, Photo : Auctionata

 

S’inscrivant dans le sillage des Polerouter élégantes des années 1950, la Polerouter Sub présentée en 1961 fut produite jusqu’en 1968. Également imaginée par Gérald Genta, la Sub était une montre sportive plus large, pensée pour les plongeurs et passionnés de voile. Il existe deux versions de la Sub : la Super Compressor avec double couronne, considérée comme relativement rare, et l’autre modèle avec une seule couronne. Plusieurs versions ont ensuite été créées, proposant une large gamme de cadrans, d’aiguilles, de couleurs de lunette et de matériaux, sans oublier de formes de couronne. Notons également que les modèles avec couronne simple étaient proposés avec des boîtiers de forme symétrique ou asymétrique. Cependant, tous les modèles étaient équipés du calibre 69 — qui a succédé au calibre 218-2 en 1962 — à l’exception des Sub à couronne double, animées par le calibre 215 d’origine. La Polerouter Sub ayant gagné en popularité au fil des ans, il est très difficile d’en trouver des exemplaires de nos jours.

Et voilà, nous y sommes. Si vous êtes sur le point d’acheter votre première montre vintage, la Polerouter d’Universal Genève est un excellent choix.

 

Autres articles

Montres vintage

Tout est une question de détails (et pas de fonctionnalité)

Articles choisis

01.12.2016 de
Continuer la lecture
30.11.2016 de
Continuer la lecture