25/07/2023
 8 minutes

Tudor Pelagos 39, Seiko, etc. : 3 montres de plongée pour tous les budgets

Par Christoph Odenthal
2-1-Tudor-Pelagos

Il arrive que des proches me demandent conseil concernant le choix de leur première « vraie » montre. Ils ont généralement les mêmes exigences quant à l’objet de leur convoitise, qu’ils souhaitent robuste, durable et doté d’un design à la fois polyvalent et séduisant. La plupart du temps, leur intérêt se porte sur un type de montre qui réunit toutes ces caractéristiques, à savoir les montres de plongée classiques.

Dans la suite de la discussion, je mentionne alors ma passion pour Rolex et vante les mérites de la célèbre Rolex Submariner. Ce à quoi mes interlocuteurs répondent souvent en critiquant la disponibilité limitée et les prix qui en découlent. Cela vous semble familier ? Si oui, vous vous êtes sûrement déjà demandé s’il existait des montres de plongée plus abordables, dotées des mêmes caractéristiques et tout aussi esthétiques.

Rolex Submariner 14060
Rolex Submariner 14060

La réponse est oui ! Les montres de plongée de ce top 3 remplissent au mieux les critères susmentionnés dans leur gamme de prix respective et sont unanimement reconnues par les spécialistes. Elles sont par ailleurs nettement plus abordables que l’emblématique Rolex Submariner, puisqu’elles ne coûtent respectivement que 50 %, 8 % et 3 % de son prix catalogue. Oui, vous avez bien lu ! Bien qu’elles ne jouent pas dans la même ligue que les Rolex, ces références peuvent tout à fait se suffire à elles-mêmes ou intégrer une collection de montres haut de gamme. Et je suis certain que vous n’aviez pas pensé aux deux modèles les moins onéreux.

Tudor Pelagos 39 réf. M25407N-0001

Commençons par le modèle affiché à 50 % du prix de la Rolex Submariner. Je dois avouer que je ne suis pas spécialement fan de Tudor. Son catalogue est trop confus, les protagonistes sont trop prévisibles, et je déplore encore et toujours l’absence d’une collection vraiment exclusive. Je trouve en outre que les boîtiers des modèles actuels sont souvent trop imposants.

Cela dit, je suis un peu partagé, car Tudor se montre particulièrement créative en matière de diversification. La filiale de Rolex est en effet passée maître dans l’art du repackaging. En plus d’offrir un excellent rapport qualité-prix, Tudor fait preuve d’audace, de curiosité et de pertinence. Elle n’a pas peur d’expérimenter et a du répondant. Ses modèles ont aussi l’avantage d’être disponibles. Autant de qualités qui font cruellement défaut à sa puissante grande sœur actuellement.

Tudor Pelagos M25407N-0001

Parmi les montres de plongée de la marque, c’est la Tudor Pelagos 39 qui a ma préférence. Beaucoup de choses ont déjà été dites sur la référence M25407N-0001, mais voici les principales informations à connaître avant de passer à l’achat.

Constitué de titane grade 2 avec finition satinée, le boîtier de cette montre de plongée affiche un diamètre de 39 mm adapté à un usage quotidien et une épaisseur convenable de 11,8 mm. On remarque immédiatement les arêtes sablées et chanfreinées du boîtier qui, alliées au protège-couronne pointu, donnent à ce modèle un aspect extrêmement utilitaire et masculin. En choisissant de ne pas l’équiper d’un affichage de la date, Tudor confère par ailleurs à la réf. M25407N-0001 une captivante simplicité. Comme toujours, sa lunette en céramique dépourvue de perle à 12 heures est unidirectionnelle et rehaussée de matière luminescente. Dans l’obscurité, celle-ci dégage une lueur bleue qui n’a pas son pareil parmi les montres de plongée. Chapeau bas !

Il suffit d’exposer le cadran noir satiné de la Tudor Pelagos 39 aux changements de lumière pour s’apercevoir qu’il présente un détail raffiné : une délicate finition soleil, qui met en valeur les index monobloc en composite de céramique luminescent. Le nom du modèle, inscrit en rouge, n’est pas sans rappeler les fameuses Rolex Red Submariner et l’édition anniversaire actuelle, à savoir la Rolex Sea-Dweller 43 réf. 126600. Le rouge apporte une touche de nostalgie à cette montre. Par ailleurs, j’apprécie particulièrement la finition soleil accentuée de la lunette en céramique noire qui se marie très bien avec l’aspect utilitaire du cadran. Même l’imposante aiguille « Snowflake » parviendrait presque à se faire oublier, car elle s’harmonise plutôt bien avec les index carrés qui l’entourent. Le cadran est ainsi très épuré et tous ses éléments forment un ensemble parfaitement équilibré.

Ce modèle s’accompagne d’un bracelet de 22 mm en titane dépourvu de faux rivets et muni d’une boucle déployante Tudor « T-fit » ainsi que d’un bracelet supplémentaire en caoutchouc noir avec boucle ardillon. J’aime porter les montres de plongée sur un bracelet en caoutchouc. Cependant, comme le bracelet Tudor n’est pas directement rattaché au boîtier, mais à un maillon terminal, je le remplacerais sans hésiter par un bracelet d’un autre fournisseur tel qu’Everest ou Rubber B. Cette montre de plongée bat au rythme du calibre MT5400, un mouvement mécanique à remontage automatique certifié par le COSC et disposant d’une réserve de marche de 70 heures – ce qui est appréciable.

Précisons enfin que ce robuste garde-temps à usage quotidien est d’excellente facture. Les dimensions, la coupe et le polissage de ce modèle lui confèrent un aspect particulièrement soigné et haut de gamme. Dotée d’un design remarquable, cette montre s’avère en outre polyvalente au quotidien. Affichée à 4 510 €, cette alternative coûte environ moitié moins cher que son illustre grande sœur, la Rolex Submariner 124060.

SEIKO SKX007

Seiko SKX007

Le vaste catalogue de Seiko couvre toutes les gammes de prix et s’étend jusqu’aux montres de luxe mécaniques. Présentée en 1996, la Seiko SKX007 s’inscrit dans une longue lignée de montres de plongée initiée en 1965 avec la Seiko 6217. La SKX007, qui a quitté le catalogue de la marque en 2019, est aujourd’hui encore la montre de plongée que Seiko a produite pendant le plus longtemps. Découvrons ensemble quelles sont ses particularités et comment un modèle issu de cette gamme de prix a pu se forger une telle réputation.

Certifiée ISO 6425, la SKX007 est une authentique montre de plongée de 42 mm de diamètre. Comme souvent, le jour et la date sont indiqués à 3 heures et contrastent habilement en noir sur blanc. L’imposante couronne est quant à elle (étonnamment) placée à 4 heures. Le boîtier arrondi est surmonté d’une lunette unidirectionnelle à double crantage 120 clics. Le boîtier est ainsi plus large afin de protéger la lunette contre les chocs, tandis que l’anneau extérieur de la lunette est légèrement saillant afin de protéger le verre et l’insert en aluminium gradué et numéroté.

Noir mat, le cadran est épuré et rehaussé d’index blancs non cerclés de chrome. Ce détail souligne le caractère vintage de ce modèle. En l’observant de plus près, on peut même distinguer la légère surépaisseur de la matière luminescente. Une aiguille en forme de flèche et une aiguille glaive indiquent les heures et les minutes. Mais la véritable star du cadran n’est autre que l’aiguille des secondes, blanche côté pointe et noire à l’arrière. Contrairement à l’habitude, le cercle recouvert de matière luminescente est ici placé sur la partie noire, à l’arrière de l’aiguille. Tandis que l’emplacement du cercle luminescent sur la partie arrière de l’aiguille jouait encore le rôle de contrepoids sur la référence précédente, c’est-à-dire la Seiko 7548-7000, une montre de plongée à quartz, ce n’est plus le cas ici. Seiko a cependant choisi de conserver ce signe distinctif particulièrement original et appréciable.

Le boîtier peut être monté, au choix, sur le bracelet Jubilee en acier inoxydable à 5 maillons fourni ou sur un bracelet en caoutchouc noir. Étant donné que l’ergonomie et l’esthétique du bracelet en acier inoxydable laissent à désirer, comme souvent dans cette gamme de prix, j’ai personnellement une préférence pour le bracelet en caoutchouc.

Cette montre de plongée est animée par l’infatigable calibre de manufacture 7S26. Dépourvu de remontage manuel et de stop seconde, ce calibre nécessite très peu d’entretien. Selon le fabricant, il est par ailleurs doté d’une réserve de marche de 45 heures et d’une précision comprise entre -15 et +25 secondes. Le prix de la SKX007 ayant sensiblement augmenté depuis l’arrêt de sa production, il faut désormais compter 700 € au minimum pour acquérir un exemplaire.

CITIZEN Promaster NY0040

Citizen Promaster réf. NY0040

Citizen Watch Co. Ltd est une autre société japonaise qui fabrique des montres depuis les années 1920. Cette maison de tradition a largement fait progresser et a durablement marqué le développement des montres-bracelets destinées à la plongée grâce à son profondimètre électronique. Citizen est désormais le plus grand fabricant de montres et de calibres au monde.

Présentée pour la première fois en 1997, la Citizen Promaster réf. NY0040 est le modèle-phare du catalogue de la marque. Cette montre de plongée certifiée ISO et munie d’un affichage du jour et de la date a été adoubée dès l’année de son introduction puisqu’elle a été utilisée par les militaires italiens de 1997 à 2007. L’usuelle étanchéité à 200 m ayant été portée à 500 m, la version utilisée par l’armée, dotée du même boîtier, offre cependant une étanchéité améliorée.

Bien que le calibre de manufacture Miyota 8203 à remontage manuel qui l’anime ne soit pas particulièrement sensationnel, il est réputé pour sa fiabilité et nécessite peu d’entretien. Cette montre peut ainsi facilement fonctionner pendant plus de 25 ans sans révision, ce qui est vraiment impressionnant ! Sa réserve de marche de 40 heures s’avère en outre particulièrement pratique puisqu’elle permet de retirer la montre la nuit ou pour effectuer certaines activités quotidiennes. Enfin, sa précision de +/- 10 secondes est tout aussi solide.

Mais ce garde-temps ne dévoile son secret qu’une fois au poignet. Si son diamètre de 41,5 mm peut sembler imposant de prime abord, son épaisseur de 12,5 mm et sa longueur de 47 mm de barrette à barrette en font un modèle équilibré et confortable. La forme arrondie et élancée du boîtier lui permet de se faire discret sur le poignet. La lunette unidirectionnelle crantée 60 clics offre une résistance lorsqu’on la tourne, et donc une impression de qualité. Le bord de la lunette est en partie cannelé et en partie lisse, ce qui ne gêne en rien son utilisation et confère à la montre un aspect unique et marquant. Le positionnement de l’imposante couronne est tout aussi original. Mesurant 5,9 mm de diamètre, celle-ci est en effet placée à 8 heures, ce qui est tout à fait acceptable si l’on porte la montre au poignet gauche. Le cadran est noir brillant et muni d’un guichet de la date classiquement situé à 3 heures. Avec leur pâte luminescente vert clair, les index cerclés de chrome créent un contraste intéressant et offrent une lisibilité exemplaire sur le fond noir.

La Citizen Promaster NY0040 peut être montée sur un bracelet de type Oyster en acier inoxydable de 20 mm de large. Constitué d’acier inoxydable poli et mat assorti aux cornes de la montre, le bracelet s’affine pour atteindre une agréable largeur de 18 mm au niveau du fermoir. Compte tenu du prix de ce modèle, son bracelet métallique est globalement confortable, même si ses maillons ne sont pas pleins, mais pliés. Le fermoir est en revanche équipé d’une double sécurité et d’un ajustement rapide pratique. Cependant, j’opterais là encore pour la version classique avec bracelet en caoutchouc noir. En plus d’être robuste, ce matériau peut facilement être porté en été. Si aucun de ces bracelets ne vous tente, sachez cependant que cette montre de plongée est un véritable caméléon qui s’accorde avec tous types de bracelets d’autres fournisseurs. Indépendamment du choix du bracelet, ce modèle convient par ailleurs également aux poignets les plus fins.

Notons enfin qu’il offre un excellent rapport qualité-prix, puisqu’il faut compter environ 250 € pour un exemplaire doté d’un bracelet en acier inoxydable, et moins de 200 € pour un exemplaire monté sur un bracelet en caoutchouc. Si l’on en croit les rumeurs, la production de ce garde-temps pourrait toutefois s’interrompre prochainement. Le modèle suivant, référencé NY0082 et assorti d’une gamme de lunettes colorées, est déjà commercialisé, et la version classique n’est déjà plus disponible aux États-Unis.

Conclusion : Tudor Pelagos 39, SEIKO SKX007 ou CITIZEN Promaster ?

L’offre de montres de plongée classiques est extrêmement variée, et il existe des solutions pour tous les budgets. Les finitions et les calibres ne se valent certes pas toujours, mais ces différents modèles sont tous marquants et impressionnants pour leur prix. Fruits d’une évolution maîtrisée, ces garde-temps ont en commun d’être extrêmement reconnaissables et sont considérés comme des classiques emblématiques de l’horlogerie.


À propos de l'auteur

Christoph Odenthal

Christoph Odenthal a grandi à Düsseldorf (Allemagne) au sein d'une famille de passionnés de montres. Son premier garde-temps lui a été offert par son grand-père en 1985 : une Citizen Promaster Aqualand équipée d'un profondimètre analogique. Par la suite, d'autres montres - essentiellement des Rolex - sont passées entre les mains de plusieurs membres de sa famille.

À propos de l'auteur

Derniers articles

IWC-2-1
17/05/2024
Guide horloger
 4 minutes

IWC Schaffhausen : élégance intemporelle, précision suisse

Par Donato Emilio Andrioli
Rolex-vs-Cartier-2-1
15/05/2024
Guide horloger
 5 minutes

Cartier vs. Rolex : le joaillier peut-il battre la couronne ?

Par Jorg Weppelink
Sinn-2-1
08/05/2024
Guide horloger
 6 minutes

Notre avis sur la montre d’aviateur Sinn 103 St Ty Hd

Par Sebastian Swart