13/01/2022
 5 minutes

Trois chronographes moins chers et plus intéressants que la Rolex Daytona

Par Donato Andrioli
CAM-2081-Rolex-Daytona-2-1
Tutoriels, reviews, talks, interviews, découvrez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube !

Récemment, je vous ai présenté cinq chronographes moins chers et même plus performants que la Rolex Daytona – sur au moins un critère. Je suis presque sûr que les prix du très prisé chronographe de Rolex continueront d’augmenter en 2022. Aussi, je vous soumets dans cet article trois autres chronographes moins coûteux, et à certains égards plus intéressants que l’emblématique Rolex Daytona. 

Existe-t-il des chronographes moins chers et éventuellement plus performants que la légendaire Rolex Daytona ?
Existe-t-il des chronographes moins chers et éventuellement plus performants que la légendaire Rolex Daytona ?

Notre proposition nº 1 : le chronographe des profondeurs

L’Omega Seamaster, une concurrente à la Rolex Daytona ? Vous avez bien lu. Même si l’Omega Seamaster 300M est en premier lieu connue et appréciée comme montre de plongée, la version chronographe ne doit pas être sous-estimée. Le design moderne et la qualité de fabrication de la Seamaster version chronographe en font une excellente alternative à la Rolex Daytona. Comme sur la version standard de la légendaire montre de plongée d’Omega, le cadran en céramique est unique et d’une beauté à couper le souffle : aucune autre montre sur le marché n’arbore un tel cadran. Difficile de résister à l’effet hypnotisant des vagues gravées au laser. 

Le chronographe Seamaster 300M : un design frais, une technologie remarquable et un prix inférieur à ceux de la Daytona.
Le chronographe Seamaster 300M : un design frais, une technologie remarquable et un prix inférieur à ceux de la Daytona.

Non seulement le mouvement du chronographe Omega Seamaster certifié par Metas est visible à travers un fond en verre saphir, mais il est aussi extrêmement précis et doté de toutes les subtilités. Il vous offre une étanchéité à 300 mètres, un écart de précision extrêmement faible et résiste à des champs magnétiques allant jusqu’à 15 000 gauss. La lunette tournante est comme d’habitude en céramique, tout comme les deux poussoirs du chronographe : un joli détail qui ajoute au charme et à l’intérêt de cette montre. Dans un guichet à 6 heures, la date s’intègre parfaitement et se remarque à peine grâce au disque de date de la même couleur que le cadran. Idéal pour les puristes. Si la Rolex Daytona est trop petite pour certains, le chronographe Omega Seamaster pourrait toutefois être trop grand pour d’autres. Avec un diamètre de 44 millimètres, le chronographe Seamaster 300M d’Omega n’est pas vraiment ce qu’on appelle une petite montre. Si vous envisagez de l’acheter, il est donc recommandé de l’essayer. Ce diamètre généreux s’accorde cependant très bien avec l’allure sportive de la montre. En 2022, le chronographe Seamaster 300M restera un sérieux rival à la Rolex Daytona : elle offre bien plus de possibilités techniques que son homologue Rolex et elle est disponible pour des prix inférieurs à 8 000 €, ce qui, avouons-le, est un atout de taille. 

Notre proposition nº 2 : le Chronomat de légende revisité

Le Breitling Chronomat est une véritable icône du monde de l’horlogerie, que Breitling n’a réintroduite dans sa collection qu’en 2020. L’histoire du Chronomat remonte à 1941 et on le considère comme le précurseur de la légendaire Breitling Navitimer. Grâce à la règle à calcul intégrée à la lunette, il était alors possible de calculer différentes variables mathématiques telles que les distances, les vitesses et autres. La version rééditée de 2020 s’inspire fortement de la réinterprétation de 1984, lancée à l’occasion du centenaire de Breitling, comme en atteste la lunette unidirectionnelle à quatre cavaliers. Le design est cependant la seule chose qui rappelle le bon vieux temps. Le Chronomat offre tout ce que vous attendez d’une montre moderne : un mouvement de manufacture Breitling avec 70 heures de réserve de marche, une fonction date implémentée dans le totalisateur 12 heures, une étanchéité à 200 mètres et un fond saphir pour admirer le mouvement. 

Le design audacieux du Breitling Chronomat, reconnaissable entre mille.
Le design audacieux du Breitling Chronomat, reconnaissable entre mille.

Toutefois, le secret du succès de ce chronographe réside dans son bracelet à rouleaux, extrêmement confortable. Non seulement, sa finition est excellente, mais il confère au chronographe un style unique que n’offre aucune autre montre. Comme avec les chronographes Omega, il faut avoir de fiers poignets ou plus généralement, aimer les grosses montres. Avec un diamètre de 42 mm et une distance de barrette à barrette de plus de 50 mm, le Breitling Chronomat a, disons, belle prestance. Un choix délibéré qui va de pair avec un design radical. Avec un prix avoisinant les 6 500 €, le Chronomat est bien moins cher que la Rolex Daytona, et offre en plus quelques avantages comme une étanchéité légèrement supérieure et une fonction de date pratique. Mais le plus intéressant, c’est la disponibilité de ce chronographe au design original : vous pouvez l’acheter immédiatement et même le trouver en dessous du prix catalogue. 

Notre proposition nº 3 : un chronographe élégant

La dernière de mes trois concurrentes à la Rolex-Daytona est celle qui me conviendrait le mieux personnellement. En effet, ce qui me plaît sur la Rolex Daytona est l’équilibre parfait qu’elle offre entre montre sportive et élégante. L’Omega et la Breitling ont certes beaucoup à offrir en tant que montres sportives, mais en toute honnêteté, elles marquent assez peu de points en matière d’élégance. Il en va tout autrement du chronographe Laureato de Girard-Perregaux : un chronographe de sport au design raffiné et tout en finesse. Ce chronographe a une longue histoire et pourrait bien être le fleuron de Girard-Perregaux. On sous-estime malheureusement ce garde-temps, souvent considérée par les collectionneurs de montres comme une copie de la Royal Oak d’Audemars Piguet. Même si la Laureato est sortie 3 ans après la Royal Oak, cette dernière ne jouissait pas encore de son statut d’icône du design horloger et avait reçu un accueil plutôt mitigé. Le design de la Laureato me semble davantage être le fruit de son époque, les années soixante-dix, qui ont également largement influencé le style de Gérald Genta, créateur de la Royal Oak. Mais soutenir qu’il s’agit d’une copie de celle-ci ne rend pas justice à la Laureato. 

Il mériterait plus d'attention : le chronographe Laureato de Girard-Perregaux est meilleur marché et concurrence sérieusement la Daytona de Rolex.
Il mériterait plus d’attention : le chronographe Laureato de Girard-Perregaux est meilleur marché et concurrence sérieusement la Daytona de Rolex.

Le chronographe Laureato de Girard-Perregaux ressemble à un fils caché qui aurait hérité des bons gènes de la Royal Oak d’Audemars Piguet et de la Nautilus de Patek Philippe. Je m’explique : le chronographe Laureato est la symbiose parfaite de tout ce qui fait le succès des montres iconiques des années 70 jusqu’à aujourd’hui, tout en conservant son idiosyncrasie. Son diamètre de 42 mm convient à pratiquement tous les poignets et devrait faire le bonheur des amateurs qui trouvent la Rolex Daytona trop petite. Le motif gaufré confère au cadran une certaine profondeur, et se marie parfaitement au design du boîtier et au bracelet intégré. L’étanchéité jusqu’à 100 mètres et la réserve de marche de 46 heures du mouvement de manufacture n’offrent pas plus que la Rolex Daytona sur le plan technique, mais dans l’ensemble, je trouve le design du Laureato de Girard-Perregaux plus complexe. Pour de nombreux amateurs de montre, elle pourrait donc même être un meilleur choix. Mais cette montre à la finition extrêmement soignée ne rivale pas uniquement avec la Rolex Daytona, elle peut également se mesurer à la Nautilus et à la Royal Oak. Contrairement à ces trois montres iconiques dont le prix ne cesse d’augmenter, le chronographe Laureato de Girard-Perregaux est encore disponible à moins de 15 000 € et constitue ainsi une option abordable au design élégant. 


À propos de l'auteur

Donato Andrioli

Ma grande passion pour les montres est née lorsque j'ai acheté ma toute première montre mécanique, la Tudor Black Bay 41. Les icônes de longue date aux histoires exaltantes me fascinent tout particulièrement.

À propos de l'auteur

Zoom sur

Derniers articles

Rolex-Explorer-Alternativen-2-1
18/01/2022
Conseils pour choisir sa montre
 6 minutes

5 montres qui sont meilleures (et moins chères) que la Rolex Explorer

Par Jorg Weppelink
03-Seiko-v01-Magazin-2-1
17/01/2022
Guide des acheteurs
 2 minutes

Seiko : la montre d’entrée de gamme plus abordable ?

Par Thomas Hendricks
Trio-of-Steel-Sports-Watches-2-1
14/01/2022
Modèles
 6 minutes

La nouvelle trilogie de montres sportives de luxe contemporaines

Par Jorg Weppelink