23/06/2023
 5 minutes

Top 4 des alternatives à la Rolex Daytona « Big Red » signées Omega

Par Christoph Odenthal
Omega-Speedmaster-Professional-Apollo-11-2-1

Chacun d’entre nous possède sa propre définition du luxe. L’horlogerie de luxe n’échappe donc pas à cette vision purement subjective, chacun ayant un avis personnel sur les différents modèles (ce qui a d’ailleurs le mérite de pimenter un peu les choses). Il en va de même pour le Saint Graal de l’horlogerie de luxe suisse, qui peut donc avoir de multiples visages. Abstraction faite des contraintes budgétaires et de disponibilité, tout le monde serait en effet libre de faire son propre choix. Or, il s’avère que le choix de LA montre, autrement dit le fameux Graal horloger, se porte souvent sur une antique Rolex Daytona arborant le célèbre cadran Panda (cadran clair et cadrans auxiliaires foncés) ou un cadran Panda inversé (cadran foncé et cadrans auxiliaires clairs).

 

Rolex Daytona 6263 « Big Red » (cadran Panda)

Rolex Daytona Referenz 6263 a.k.a. Big Red Panda Dial
Rolex Daytona 6263 « Big Red » (cadran Panda)

Je n’échappe d’ailleurs pas à la règle puisque mon Graal personnel n’est autre qu’une Rolex Daytona vintage, et plus précisément la Rolex Daytona 6263 aussi appelée « Big Red ». Si la version ornée d’un cadran Panda inversé est très intéressante, la variante dotée d’un cadran Panda est nettement plus populaire. Si vous connaissez ce modèle, vous appréciez sûrement son cadran clair et épuré. Ce chronographe n’a été produit qu’entre 1971 et 1988, mais son design est intemporel, comme souvent chez Rolex. Ainsi, ce modèle comporte seulement trois couleurs : blanc, noir et une touche de rouge. Ses compteurs noirs contrastant avec son cadran blanc argenté esquissent les contours d’un visage de panda. Sa lunette, également noire et munie d’une échelle tachymétrique, complète parfaitement son cadran, tandis que la mention « Daytona » surplombant le compteur situé à 6 heures et inscrite en rouge vif lui apporte une touche de couleur. Le cadran, hérissé de délicats index bâtons et d’un jeu de fines aiguilles, est enchâssé dans un boîtier en acier inoxydable d’aspect plutôt froid et surmonté d’une couronne saillante et des célèbres poussoirs vissés pour l’utilisation de la fonction chronographe. Les Rolex référencées 6263 et 6265 sont les dernières à être équipées de calibres à remontage manuel. Personnellement, je rêverais de dénicher un exemplaire de 1977, mon année de naissance. L’engouement pour cette montre étant quasiment inébranlable, il y a évidemment une petite ombre au tableau : son prix ! Il faut ainsi débourser 100 000 € ou plus pour acquérir un exemplaire en bon état avec ses papiers – une somme considérable pour un garde-temps.

La bonne nouvelle, c’est qu’il existe une montre qui rend un merveilleux hommage à cette icône intemporelle et qui constitue une alternative tout à fait satisfaisante. Affichant un design et une esthétique modernes et plus haut de gamme, ce modèle presque plus attractif que le Saint Graal lui-même a été créé par nulle autre que la plus grande rivale de Rolex, j’ai nommé Omega.

Top 4 des alternatives à la Rolex Daytona 6263 « Big Red » (cadran Panda)

1. Omega Speedmaster Professional Moonwatch « Mitsukoshi » (réf. 3570.31.00)

L’Omega Speedmaster Professional Moonwatch « Mitsukoshi » référencée 3570.31.00 a vu le jour il y a précisément 20 ans, en février 2003. Cette édition (extrêmement) limitée de seulement 300 exemplaires a été commercialisée directement via Mitsukoshi, la plus ancienne chaîne de grands magasins du Japon. Le design de ce chronographe est quasiment identique à celui du modèle signé Rolex, un peu comme un faux jumeau de la Daytona « Big Red ». Également doté d’un cadran blanc argenté orné de trois cadrans auxiliaires noirs, d’index bâtons délicats, du nom du modèle sur trois lignes et d’un verre bombé, il comporte aussi une lunette tachymétrique noire et une couronne saillante flanquée de deux poussoirs. Ce chronographe à remontage manuel demeure pratiquement inchangé et affiche les mêmes dimensions depuis plus de 50 ans. On pourrait presque penser que le modèle actuel a vu le jour dans les années 1960. Toutefois, les choses se compliquent lorsque l’on aborde la question de sa disponibilité. En effet, cette Speedmaster Professional traditionnelle avec son cadran Panda classique n’a fait qu’une très brève apparition sur le marché horloger japonais. Il est donc rare que l’un de ces quelques exemplaires soit remis en vente. Selon l’état, il faut ainsi compter entre 35 000 et 45 000 € pour acquérir l’un d’entre eux avec ses papiers. Là encore, c’est budget assez conséquent, du moins pour une Omega… ou pas.

1.)Omega Speedmaster Professional Moonwatch Mitsukoshi Referenz 3570.31.00
Omega Speedmaster Professional Moonwatch « Mitsukoshi » (réf. 3570.31.00)

2. Omega Speedmaster Professional Apollo 11 (réf. 3569.31.00)

L’année suivante, en 2004, Omega recourt de nouveau à la même stratégie marketing et dévoile une nouvelle édition limitée de la Speedmaster avec le célèbre cadran Panda : l’Omega Speedmaster Professional Apollo 11 référencée 3569.31.00. Limité à 3 500 pièces pour célébrer le 35e anniversaire de la mission spatiale de la NASA, ce modèle parfaitement identique au précédent comporte cependant une différence discrète, mais capitale : la date de l’expédition spatiale « July 20, 1969 » est indiquée en rouge sur son cadran. Une touche de nostalgie subtile et particulièrement prisée des amateurs de montres. Il est possible de se procurer un exemplaire en bon état pour environ 15 000 €.

2.)Omega Speedmaster Professional Apollo 11 Referenz 3569.31.00
Omega Speedmaster Professional Apollo 11 (réf. 3569.31.00)

3. Omega Speedmaster Tokyo 2020 (réf. 522.30.42.30.04.001)

Omega ne serait pas Omega si elle n’avait pas tiré profit de la popularité de son cadran Panda en imaginant une troisième version. L’Omega Speedmaster Tokyo 2020, référencée 522.30.42.30.04.001 et présentée au printemps 2020 en même temps que quatre autres versions de la Speedmaster, arbore elle aussi le célèbre cadran. On y retrouve l’habituelle mention « OMEGA Speedmaster Professional », à ceci près que le mot « Speedmaster » y est inscrit en rouge. Le prix d’un exemplaire avec coffret et papiers avoisine 11 000 €.

Omega Speedmaster Tokyo 2020 Referenz 522.30.42.30.04.001
Omega Speedmaster Tokyo 2020 (réf. 522.30.42.30.04.001)

4. Omega Speedmaster Professional Moonwatch (réf. 3570.50.00) modifiée

Je possédais initialement une Omega Speedmaster Professional Moonwatch (réf. 3570.50.00) ornée d’un cadran noir classique dans ma collection. En 2020, je l’ai fait équiper d’un cadran Panda de Speedmaster Professional original et du jeu d’aiguilles correspondant. À l’époque, j’ai déboursé 4 450 € en tout pour l’achat de la montre (en parfait état, avec coffret et papiers), le cadran Panda (également en parfait état) et la modification par un professionnel – ce qui reste relativement abordable.

Toutes les versions du célèbre chronographe Omega Speedmaster mentionnées dans cet article se distinguent non seulement par leur histoire passionnante et leur impressionnante ressemblance avec la Rolex Daytona 6263, mais aussi par leur prix beaucoup plus abordable. Elles valent donc la peine d’être découvertes !


À propos de l'auteur

Christoph Odenthal

Christoph Odenthal a grandi à Düsseldorf (Allemagne) au sein d'une famille de passionnés de montres. Son premier garde-temps lui a été offert par son grand-père en 1985 : une Citizen Promaster Aqualand équipée d'un profondimètre analogique. Par la suite, d'autres montres - essentiellement des Rolex - sont passées entre les mains de plusieurs membres de sa famille.

À propos de l'auteur

Derniers articles

ONP-489-Omega-Values-2-1
31/07/2023
Omega
 7 minutes

La valeur des montres Omega est-elle stable ?

Par Jorg Weppelink
Omega-Swatch-MoonSwatch-Magazin-2-1
24/04/2023
Omega
 5 minutes

Les meilleurs modèles Speedmaster à moins de 5 000 €

Par Donato Emilio Andrioli
ONP-385-One-BrandC-Omega-2-1
19/04/2023
Omega
 6 minutes

Une collection de montres signées Omega

Par Thomas Hendricks