23/09/2021
 6 minutes

Robert Weiß, horloger, au sujet de la Rolex Submariner : « une montre vraiment complète et plutôt cool »

Par Sebastian Swart
Tutoriels, reviews, talks, interviews, découvrez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube !

En tant qu’horloger de Zeitauktion GmbH, société spécialisée dans l’achat et la vente de montres de luxe d’occasion, Robert Weiß tient chaque jour les meilleures montres du monde entre les mains : A. Lange & Söhne, Patek Philippe, Omega ou Rolex, l’horloger sait exactement ce dont ces garde-temps sont capables et quels problèmes peuvent survenir. Pour Chrono24, le spécialiste analyse en détail la Rolex Submariner, nous raconte sa vocation pour l’horlogerie et ce qu’il pense de Rolex. 

L'horloger Robert Weiß désassemble avec expertise une Rolex Submariner.
L’horloger Robert Weiß désassemble avec expertise une Rolex Submariner.

M. Weiß, d’où vous vient votre vocation d’horloger ?

J’ai toujours eu deux centres d’intérêt : les reptiles (en particulier les serpents ) et les constructions mécaniques de toutes sortes. D’aussi loin que je me souvienne, les deux sujets m’ont tous deux également fasciné. Bien avant de m’engager dans cette voie professionnelle, je m’intéressais aux horloges et aux montres – principalement pour comprendre celles que je possédais et pour être capable d’effectuer des modifications et des travaux de réparation simples. L’envie était donc là, et puis je suppose que l’opportunité s’est présentée… 

En principe, une montre est un système technique qui permet de mesurer le temps. Aujourd’hui, en réalité, les montres mécaniques ne sont plus nécessaires, d’autant plus qu’elles ne peuvent pas être aussi précises que les montres à quartz. J’ai grandi dans les années 1990, à une époque où les montres mécaniques étaient devenues rares, notamment dans la génération de mes parents. Néanmoins, malgré mon jeune âge, quelque chose m’attirait. Mon père avait une montre de gousset Ruhla : c’était pour moi une machine totalement fascinante qui fonctionnait même sans électricité. Cela me semblait incroyable à l’époque. Même si le monde de l’horlogerie a quelque peu perdu de sa magie pour moi dans le cadre de mon travail avec les montres (de luxe), mon intérêt fondamental pour le fonctionnement interne de la montre mécanique n’a jamais faibli. 

Pour de nombreux clients, Rolex est l’une des marques les plus en vogue. Du point de vue d’un horloger, que pensez-vous de la Submariner ?

La Rolex Submariner est, à mes yeux, une montre de plongée simple et sans fioritures. J’ai été en contact avec les références Submariner suivantes au cours de ma carrière d’horloger : 5513, 1680, 1680X, 1661X, 11661X et 12661X. Le côté simple et épuré vaut pour tous ces modèles. Chaque référence est équipée d’un calibre différent. Les groupes de calibres 30XX et 31XX sont mes préférés. Si nous ne parlons que des mouvements et ne considérons pas l’extérieur de la montre pour le moment, la première chose qui me vient à l’esprit est que le démontage et l’assemblage des mouvements sont très plaisants. Surtout avec la 313X (3135 et 3130), rien ne grippe. Pas la peine de faire levier de manière excessive ; tout s’emboîte facilement. Ce n’est pas une évidence. Dans mon département, nous travaillons souvent avec des montres de A. Lange & Söhne – à cet égard, c’est absolument l’opposé des Rolex Sumariner. L’ajustement des ponts sur la platine par exemple : toute personne ayant eu à faire avec ALS a pu constater que les ponts de balancier, notamment, doivent parfois littéralement être rabattus. Je n’ai jamais vu rien de tel sur les calibres Rolex plus récents. 

La Rolex Submariner se désassemble facilement.
La Rolex Submariner se désassemble facilement.

Rolex adopte une approche différente de celle de nombreux autres fabricants pour la conception du boîtier. Cela saute aux yeux lorsque l’on examine la manière dont le verre est monté : en principe, il s’agit d’une construction dite à pression, sauf que Rolex a remplacé le verre acrylique des modèles précédents par un cristal de saphir plat qui est logé à l’intérieur du boîtier de la montre avec un joint relativement épais. Un anneau en acier est ensuite placé sur ce joint et le presse contre la partie interne du boîtier. Cet anneau, que nous appelons l’anneau de retenue sur la Submariner, est également partie intégrante de la lunette. Je désassemble très fréquemment ce type de montre, et ce design me convainc en tout point. 

Le tube est également remarquable : il peut être facilement retiré et sa conception est vraiment robuste par rapport à de nombreuses autres montres de plongée. C’est une qualité que j’apprécie beaucoup. 

D’un point de vue pragmatique, la Submariner est une montre très complète et plutôt cool. J’aime particulièrement le caractère instrumental de la montre et la conception sans fioritures du boîtier. 

D’après votre expérience, quels sont les opérations d’entretien les plus courantes pour la Submariner ?

Étant donné que 99 % des Rolex Submariner qui passent entre mes mains sont achetées par nous (Zeitauktion GmbH, ndlr) afin d’être reconditionnées pour la revente, je reçois très rarement des commandes d’entretien. Cependant, il est rare qu’une semaine ne passe sans que je révise une Submariner. Et comme les travaux à effectuer sur la montre sont probablement similaires à ceux d’une commande d’entretien, je dirais que l’opération la plus fréquente est le nettoyage du mouvement. 

Bien souvent, les Submariner qui ont été portées longtemps ont des axes de rotor usés. Cela se remarque généralement au bruit que fait le rotor lorsque la montre est portée (et mise en mouvement). Dans les cas extrêmes, cela peut provoquer un frottement de la masse oscillante contre le mouvement. L’axe du rotor doit avoir le moins de jeu possible dans son roulement. 

Outre la révision ou la réparation du mouvement, je m’occupe également de la remise en état du boîtier et du bracelet. Les deux prennent à peu près autant de temps. Pour ce faire, je remplace régulièrement tous les joints de la montre : le joint du verre, le joint du fond du boîtier, le joint sous l’anneau de retenue de la lunette, les quatre joints sur et dans le barillet et le joint de la couronne. La Submariner compte de nombreux joints. 

La Rolex Submariner, comme toute autre montre, doit régulièrement faire l'objet d'une révision générale.
La Rolex Submariner, comme toute autre montre, doit régulièrement faire l’objet d’une révision générale.

Quelle est l’étanchéité véritable de la Rolex Submariner ?

La Rolex Submariner 16610 est étanche à 30 bar, et je n’ai aucun mal à croire qu’elle convienne parfaitement en tant que montre de plongée, même sans savoir qu’elle a été développée à cette fin pour les amateurs et les professionnels. Je dirais donc qu’elle est assez étanche. 

Comme je l’ai dit plus tôt, cette montre comporte de nombreux joints. La redondance est un enjeu important en plongée pour des raisons de sécurité. Je ne suis pas plongeur, mais en tant que nageur (rires), il me semble que les concepteurs de la Submariner se sont donné les moyens de leur ambition. 

Dès lors qu’il est avéré que l’étanchéité n’est pas compromise par des joints défectueux, il n’y a, à mon avis, absolument rien qui empêche de plonger avec la Submariner. 

À quoi un propriétaire de Submariner doit-il faire attention ?

Pour que sa montre reste belle pendant longtemps, le propriétaire doit évidemment porter la Rolex Submariner en en prenant soin, par exemple, en évitant les conditions et les activités hostiles aux montres. Les lunettes tournantes supportent mal la poussière abrasive, et les montres mécaniques et les fortes vibrations ne font pas bon ménage non plus, ce qui vaut également pour cette montre. 

La Submariner est une montre de sport. Elle est donc relativement robuste, mais je ne la porterais pas pour faire du VTT et je l’enlèverais pour faire du squash ou du tennis, par exemple. Comme je l’ai expliqué plus tôt, le roulement du rotor peut parfois causer problème si l’axe du rotor s’enfonce. On ne peut pas vraiment dire qu’il s’agisse d’une faiblesse du calibre Rolex 3135, mais je conseille tout de même d’être prudent avec le roulement du rotor pour éviter les dommages. Dès que le remontage automatique travaille de manière audible, il vaut mieux cesser de porter sa montre et l’amener chez un horloger. J’ai vu des calibres 3135 dont la finition autour du mouvement avait déjà été uniformément abrasée par la masse oscillante… 

Le coffret et les papiers de la Rolex Submariner ont-ils une quelconque importance ?

Pour la valeur de revente, oui, c’est certain.  

Lire la suite

La Sainte Trinité : Patek Philippe, Audemars Piguet et Vacheron Constantin

Rien que pour vos yeux : passage en revue des montres de James Bond

Une première Omega : les meilleurs modèles à moins de 5 000 €


À propos de l'auteur

Sebastian Swart

Je suis un utilisateur privé de Chrono24 depuis de nombreuses années : je l'utilise pour acheter et vendre, mais aussi pour faire des recherches. Les montres m'ont …

À propos de l'auteur

Zoom sur

Derniers articles

Richard Mille is overrated -2-1
15/10/2021
Conseils pour choisir sa montre
 6 minutes

Les montres signées Richard Mille sont-elles surestimées? Notre avis polémique sur la question.

Par Thomas Hendricks
15_RZ_S_ELVIS-01
14/10/2021
Lifestyle
 4 minutes

Les montres d’Elvis Presley : quels modèles portait le king ?

Par Sebastian Swart
Audemars-Piguet-Royal-Oak-Buyers-Guide-2-1-EN
13/10/2021
Guide des acheteurs
 5 minutes

Guide d’achat Chrono24 : la légendaire Royal Oak d’Audemars Piguet.

Par Jorg Weppelink