21/02/2024
 5 minutes

Révéler l’invisible : trois joyaux cachés chez Breitling

Par Aaron Voyles
Trois joyaux cachés signés Breitling

Trois joyaux cachés signés Breitling

Le monde des montres peut être impitoyable. Avec une longue liste de montres emblématiques que la majorité des collectionneurs convoitent – comme les Rolex Submariner, Patek Philippe Nautilus, Audemars Piguet Royal Oak, Tank de Cartier, Omega Speedmaster, et j’en passe – on a souvent l’impression que, quoi qu’on fasse, il faudra passer derrière une file de spectateurs déjà positionnés depuis bien longtemps sur la montre qu’on visait. Cependant, la réalité de l’industrie est bien différente. Avec toute une série de marques incroyablement diverses fabriquant des montres pour toutes les envies, avec ses différents codes esthétiques et ses usages multiples et variés, la collection de montres peut aussi nous amener à découvrir certaines pièces bien avant tout le monde.

Prenez Breitling, par exemple ; il s’agit indubitablement d’une marque contemporaine populaire dotée d’une longue et riche histoire, et d’un langage esthétique qui parle à la majorité des désirs des collectionneurs aujourd’hui. Pourtant, la marque a produit bon nombre de montres passées sous les radars et quelque peu sous-estimées, du moins c’est mon avis. Ainsi, j’aimerais vous parler de certaines de ces montres afin de leur offrir la lumière qu’elles méritent au même titre que d’autres modèles établis.

Breitling Premier B25 Datora

Sortie juste avant le lancement du salon Watches and Wonders de 2021, Breitling poursuivit son incroyable parcours avec sa collection Premier inspirée des années 1940. Si la série Premier marquait le désir du nouveau directeur d’alors, Georges Kern, de mettre Breitling sur de nouveaux rails, la collection n’était pas appréciée à sa juste valeur, les fans de la marque privilégiant ses modèles plus sportifs (moi aussi, je plaide coupable). Je pourrais certainement écrire que l’intégralité de la première série de Premier n’a pas reçu la mise en avant escomptée, mais une variante se démarque particulièrement à mes yeux, celle en acier inoxydable avec cadran cuivre : la Premier Datora réf. AB2510201K1P1.

AB2510201K1P1
Breitling Premier B25 Datora AB2510201K1P1

Avec son design d’inspiration vintage mais intemporel, c’est du moins mon avis, la réf. AB2510 combine un calendrier complet avec un chronographe et un indicateur de phase de lune pour créer un garde-temps ayant l’allure d’une montre de soirée, mais la fonctionnalité d’une montre-outil moderne. Ce garde-temps tendance qui embellira toute collection se démarque avec son cadran cuivre, loin d’être aussi commun que le noir, le bleu ou le blanc. Affichée au prix catalogue de 13 750 €, la montre se trouve sur le marché secondaire à près de 11 000 €, un tarif très intéressant au regard de celui pratiqué par d’autres marques pour un modèle similaire. Voyez là le signe que Breitling est largement sous-estimée au sein de la communauté horlogère.

Navitimer Automatic 41 réf. A17326361L1A1

Continuons notre voyage dans l’univers des modèles sous-estimés de Breitling avec une Navitimer passée sous les radars. S’il va de soi que la collection Navitimer est indéniablement le fer de lance de la marque, les versions avec l’heure seule ne jouissent pas du même niveau de popularité que les chronographes. Ainsi, difficile pour moi de ne pas mentionner une Navitimer dans cet article. J’ai donc choisi la Navitimer Automatic 41 réf. A17326361L1A1. Tandis que la collection Navitimer Automatic 41 est assez vaste et, comme la collection Premier, assez homogène, la réf. A17326 mérite plus de fans qu’elle n’en a réellement.
Dotée d’un boîtier en acier inoxydable au diamètre idéal de 41 mm, la réf. A17326 affiche les caractéristiques esthétiques iconiques de la Navitimer avec sa lunette règle à calcul et son design de cadran associé. Disponible sur bracelet en cuir ou avec le bracelet signature de la Navitimer, la montre se porte aussi bien lors d’occasions formelles que sportives. Mais ce qui rend la réf. A17326 si spéciale, du moins selon moi, c’est son magnifique cadran vert. À l’heure où le vert est de plus en plus populaire, Breitling parvient à créer une teinte exceptionnelle qui passe d’un quasi noir dans certaines conditions d’éclairage à un vert émeraude éclatant en totale mise en lumière.

Navitimer Automatic 41 ref. A17326361L1A1
Navitimer Automatic 41 réf. A17326361L1A1

J’irais même jusqu’à dire que cela me rappelle certains cadrans de Moser. Au prix de 5 300 €, c’est une affaire – sans mentionner que le tarif descend à 4 750 € sur bracelet cuir -, en voilà une montre abordable quand on imagine le prix d’une montre avec cadran similaire chez une marque comme Breitling. L’avantage de sortir des sentiers battus et rebattus.

Superocean Automatic 42 réf. A17375211I1A1

Pour terminer notre sélection, j’aimerais évoquer la collection Superocean Automatic 42. Parmi les nombreuses montres de plongée proposées par Breitling, la Superocean a un peu souffert d’une crise d’identité ces dix dernières années, ses nombreuses versions couvrant un large éventail de codes esthétiques et de prouesses horlogères, avec ses GMT et ses chronographes qui ont un peu détourné l’attention du design de la montre de plongée primaire, sans artifice – qui, à mon avis, devrait être la norme. La collection ayant beaucoup fait parler d’elle, il est facile pour certains modèles de passer entre les mailles du filet, et c’est ce qui s’est produit avec la Superocean Automatic 42 réf. A17375, un modèle exclusivement proposé en ligne et passé sous les radars.

Superocean Automatic 42 ref. A17375211I1A1 
Superocean Automatic 42 réf. A17375211I1A1

Avec son superbe cadran jaune, en voilà un modèle amusant qui a de la personnalité et met en avant une montre d’inspiration vintage puisant ses origines dans le riche ADN de la collection Superocean, tout en le modernisant avec beaucoup de charme. Sa disposition unique, ses index appliqués, sa lunette incrustée en céramique blanche et son coloris vif parleront aux amateurs de designs funky voulus par la Superocean des années 1960. Rarement aperçue, même sur les réseaux sociaux, je pense que cette montre mériterait d’être davantage célébrée. Affichée au tarif plus que décent de 5 100 € sur bracelet acier sur le site de Breitling, vous pouvez même la trouver aux alentours de 4 600 € sur le marché secondaire : une affaire pour une montre de cet acabit, sans compter que ce n’est pas demain que vous croiserez quelqu’un avec la même au poignet !

Conclusion

Avec un vaste catalogue regroupant des modèles plus variés les uns que les autres, Breitling compte de nombreuses montres que j’aurais pu faire figurer dans ma liste. De la collection Aerospace aux séries Chronomat et Colt, cet article aurait pu être trois fois plus long. Néanmoins, je pense que ces trois montres prouvent assez bien l’étendue de l’univers de Breitling si l’on va un peu plus loin que là où la majorité des collectionneurs vont, fait commun à la plupart des marques. Si certaines montres chez certains fabricants captent la majorité de l’attention, il suffit de creuser un peu pour découvrir que les pièces les plus intéressantes sont souvent celles que tous oublient de regarder. En deux mots : ouvrez les yeux et voyez plus loin que le bout de votre nez, vous pourriez faire des rencontres extraordinaires.


À propos de l'auteur

Aaron Voyles

J'aime tout ce qui a trait à l'horlogerie, de la conception artistique à l'ingénierie dissimulée dans les mouvements, en passant par l'histoire des montres.

À propos de l'auteur

Derniers articles

Rolex-Datejust-Mother-of-Pearl-2-1
05/04/2024
Guide horloger
 6 minutes

5 belles montres de luxe avec cadran nacré

Par Sebastian Swart
Audemars-Piguet-Royal-Oak-Blue-Dial-2-1
03/04/2024
Guide horloger
 5 minutes

Montres « hommages » : pâles copies ou options légitimes ?

Par Tim Breining
Cartier-Tank-Louis-2-1
02/04/2024
Guide horloger
 6 minutes

5 choses à savoir avant d’acheter une Tank de Cartier

Par Thomas Hendricks