04/08/2021
 5 minutes

L’histoire de ma Rolex : Artaud et sa Rolex Datejust

Par Chrono24
CAM-1817-Rolex-User-Story-Charles-Artaud-Beitragsbild
L'histoire de ma Rolex : Artaud et sa Rolex Datejust

En mars dernier, nous vous demandions pourquoi votre première Rolex était également la montre de vos rêves. Dans le cadre de notre jeu concours qui a pris fin le 29 mars 2021, nous vous invitions à partager avec nous l’histoire qui vous lie à Rolex. Eric, originaire d’Austin, Texas, a été le premier à le faire en nous envoyant une histoire touchante sur sa Rolex Datejust. Edward, pilote d’hélicoptère australien, nous a raconté une histoire passionnante à propos de sa Rolex GMT-Master II. David, également originaire d’Australie, a troqué sa collection de bande dessinée et de Lego contre une RolexMilgauss. 

Tito, un Italo-Américain d’Atlanta, connaît sa chance. Sa Rolex Sea Dweller 1665 a sombré au fond du lac Lanier. Dans son histoire, il nous raconte comment, deux ans plus tard, il a réussi à récupérer sa Rolex bien-aimée. 

Dans l’article qui suit, Artaud Charles, enseignant à New York, raconte comment il a fait l’acquisition d’une Rolex Datejust flambant neuve en pleine pandémie de Covid-19 grâce à quelques moyens astucieux pour la financer. 

Introduction

L’une de mes particularités est de jamais porter les mêmes chaussures deux jours de suite. Ne serait-il pas formidable de pouvoir en faire de même avec mes montres – des Rolex, pour ne pas faire les choses à moitié ? Acheter ma première Rolex a été un événement épique qui restera à jamais gravé dans mon esprit, car c’est un symbole de responsabilité financière, de réussite personnelle et professionnelle, de quête d’excellence, de l’art de se faire plaisir, de liberté. Ce moment marque également mon adoubement en tant que connaisseur de la haute horlogerie. 

Artaud et sa Rolex Datejust, savamment financée
Artaud et sa Rolex Datejust, savamment financée

À mon propos 

Je suis professeur d’éducation spécialisée et de mathématiques dans un lycée public de la ville de New York. Mon but, depuis toujours, est d’inspirer mes étudiants pour qu’ils deviennent des apprenants indépendants, des penseurs critiques et des citoyens modèles animés par le sens du devoir civique, qui valorisent le fait d’apprendre pour son pouvoir de rendre le monde meilleur. La passion et l’engagement indéfectibles à l’excellence qui motivent les collaborateurs de Rolex à produire des montres exceptionnelles et à apporter leur contribution au progrès de l’humanité par le biais de diverses initiatives philanthropiques sont les mêmes que ceux qui me poussent chaque jour à répondre aux différents besoins de mes étudiants en favorisant l’accès et la réussite scolaire pour tous. 

Le premier contact 

Lorsque j’ai vu et tenu entre mes mains pour la première fois une montre Rolex, je devais avoir 17 ans. Bob, un mentor, réparateur de montres et propriétaire d’une Rolex Day-Date en or massif, m’a initié aux subtilités de sa montre. Sa magnificence m’a époustouflé : raffinée et robuste à la fois, d’une qualité bien supérieure à toutes les montres que j’avais déjà possédées ou vues. 

Introspection 

Plus de trois décennies s’étaient écoulées depuis, et l’idée de posséder une Rolex était encore abstraite. Jusqu’à un matin de février, alors que je réfléchissais à ce que j’avais accompli pour mes élèves et moi-même depuis le « coup d’envoi » officiel de la pandémie de Covid-19 à la mi-mars 2020. Je me suis rendu compte qu’il était plus sain et plus constructif de cesser de revenir constamment sur mes points faibles et de célébrer certaines choses positives qui s’étaient produites dans ma vie pendant cette période turbulente et imprévisible. Voici quelques événements survenus entre mars 2020 et janvier 2021 que je suis heureux partager avec vous : 

  • La perte des recettes fiscales a poussé le maire à prendre des décisions difficiles. J’avais eu la chance de conserver mon poste d’enseignant, mais plusieurs de mes collègues avaient été licenciés. 
  • J’avais remboursé tous mes prêts étudiants. 
  • J’avais été titularisé par le département de l’éducation de la ville de New York. 
  • J’avais contracté la Covid-19 mais je m’étais remis rapidement et sans complications. 
  • Malgré le chaos ambiant, ma passion pour enseigner et pour motiver mes étudiants n’avait pas faibli. 

Conflit intérieur 

En février 2021, il était devenu évident que mon voyage en Australie prévu pour juillet n’aurait pas lieu. J’ai alors décidé de m’offrir quelque chose de spécial. J’ai réfléchi et j’ai finalement décidé d’acheter une montre de luxe. Les souvenirs vifs de mes échanges avec Bob m’ont amené à considérer la marque iconique qu’est Rolex. Je ne savais pas comment financer une Rolex, mais je savais que je voulais une montre neuve. J’ai consulté le site Internet de Rolex à plusieurs reprises et vu que les prix étaient véritablement astronomiques. Ces recherches m’ont rendu quelque peu anxieux. J’étais stupéfait, abasourdi : ces montants faramineux me paraissaient insensés. Je suis un employé du service public aux goûts de luxe. J’aime le champagne, mais j’ai un budget de buveur de bière. Ce conflit intérieur a perduré jusqu’au moment où j’ai tendu mes cartes de crédit au vendeur.  

Les premières démarches 

Le 15 février, j’ai appelé quelques revendeurs officiels à Manhattan pour leur demander s’il était possible de voir une Oyster Perpetual 41 ou une Datejust en acier inoxydable. J’espérais m’offrir l’OP41 qui me semblait plus ou moins accessible. Les revendeurs ont pris mon numéro de téléphone en me promettant de m’appeler en cas de disponibilité. Quelle désagréable surprise : j’étais sur liste d’attente ! Point de satisfaction immédiate dans le monde Rolex. 

Le jour J 

Dix-huit jours plus tard, je me rendais dans une boutique Rolex à Hudson Yards, à Manhattan, pour admirer une Datejust 41 (cadran bleu, bracelet Jubilé, aiguilles luminescentes, lunette lisse) qu’un vendeur m’avait mise de côté. Dix jours auparavant, on m’avait proposé une Datejust 41 avec des chiffres romains, que j’avais refusée pour cette raison. En passant cette montre autour de mon poignet, mon cœur s’est brièvement emballé et j’ai ressenti de délicieux frissons parcourir mon échine. « C’est le moment fatidique », me suis-je dit. J’ai quitté la boutique et je suis allé me promener pour faire le point. Au bout d’une heure, j’avais trouvé la solution : (a) 12,80 % en espèces, (b) 3,50 % par carte de débit, (c) 7,70 % par carte de crédit, et (d) 76 % de financement spécial – payer la totalité en 12 mois ne m’intéressait pas. Trois semaines après l’achat, j’avais déjà réduit la dette totale encourue à 1 500 $. Ma première Rolex sera remboursée d’ici mai 2021, et je cible déjà une Oyster Perpetual 41 avec un cadran argenté. Il semblerait qu’une fois entré dans la stratosphère Rolex, impossible d’en ressortir. 

L'Oyster Perpetual, de 41 mm, sied parfaitement à Artaud
L’Oyster Perpetual, de 41 mm, sied parfaitement à Artaud

Conclusion 

Je suis très heureux de posséder cette Rolex Datejust 41. En tant qu’enseignant et globe-trotteur, ce garde-temps s’intégrera parfaitement dans ma routine quotidienne, en insufflant de l’élégance, du style et de la sophistication à ma garde-robe et à ma personnalité. La configuration est parfaite, et le revendeur a été formidable. J’aurais eu de profonds remords si j’avais laissé passer cette opportunité. Cette montre marque le début d’un merveilleux voyage et d’un apprentissage ; c’est un moment décisif dans ma vie. Je découvre petit à petit le monde de l’horlogerie à travers des livres, par YouTube, Chrono24, etc. Je ne vois pas ma Rolex comme un symbole de statut social, mais plutôt comme une profession de foi pour la beauté, la précision et les plaisirs simples de la vie – cette vie précieuse parsemée d’incertitudes et de vicissitudes. Je suis reconnaissant d’avoir la chance de posséder une Rolex et de construire avec de jeunes universitaires leur avenir dans une salle de classe, tout comme Rolex a marqué l’histoire du sport, des arts et de l’exploration. 

Lire la suite

Rétrospective de l’industrie horlogère à l’ère de la COVID

Bruce Springsteen : « The Boss » et son Heuer Autavia

L’ETA 2824-2 : de l’espoir porté par la production de masse au Powermatic 80


À propos de l'auteur

Chrono24

L'équipe du Magazine de Chrono24 se compose d'employés de Chrono24, d'auteurs indépendants et d'auteurs invités. Leur point commun ? La passion des montres de luxe…

À propos de l'auteur

Zoom sur

Derniers articles

Vacheron-Constantin-2-1
22/09/2021
Guide des acheteurs
 8 minutes

La Sainte Trinité : Patek Philippe, Audemars Piguet et Vacheron Constantin

Par Jorg Weppelink
Omega James Bond Watches 2-1
21/09/2021
Événements
 5 minutes

Rien que pour vos yeux : passage en revue des montres de James Bond

Par Chrono24