13/02/2023
 6 minutes

L’Aquaracer de TAG Heuer vs. la Seamaster d’Omega : deux montres de plongée emblématiques

Par Chrono24
Omega-Seamaster

Par Owen Davies

Notre blogueur Owen Davies a fait abstraction de la réputation d’Omega et de TAG Heuer afin de comparer avec plus d’impartialité les deux montres de plongée de ces titans de l’horlogerie suisses.

Avez-vous déjà rêvé de posséder votre première « vraie » montre de plongée et immédiatement pensé à Omega ou TAG Heuer ? Jetons un coup d’œil à deux montres de plongée mécaniques classiques issues de deux géants suisses de l’horlogerie de luxe. L’Omega Seamaster Professional et la TAG Heuer Aquaracer sont des garde-temps de premier choix, tant pour un collectionneur de montres en herbe que pour un amateur averti de montres de plongée. Les modèles standards, à savoir la Seamaster Co-Axial réf. 212.30.41.20.01.002 et la TAG Heuer Aquaracer Calibre 5 réf. WAK2111.BA0830, possèdent toutes deux des caractéristiques similaires. Mais laquelle est la meilleure ?

TAG Heuer est-elle à la hauteur d’Omega ?

Bien qu’Omega soit souvent considérée comme étant de qualité légèrement supérieure à TAG Heuer et qu’elle bénéficie de la popularité de James Bond, les montres que nous examinons aujourd’hui sont étonnamment similaires. Mettons donc de côté les réputations des marques et les espions fictifs, et procédons à une comparaison détaillée de ces deux montres sportives au look plutôt décontracté.

L’Aquaracer de TAG Heuer vaut-elle la Seamaster d’Omega ?

1. Le design : la Seamaster d’Omega vs l’Aquaracer de TAG Heuer

L’Omega Seamaster Professional est un pilier du catalogue Omega depuis plus de 30 ans déjà. Et en observant ce modèle, il est facile de comprendre pourquoi. Son cadran épuré est décoré de vagues gravées au laser qui ont contribué à la célébrité de la montre. Les aiguilles évidées en argent confèrent au modèle un caractère unique, qui s’équilibre à merveille avec les index épais et offre une lisibilité maximale.

La lunette unidirectionnelle en acier de la Seamaster est dotée d’un insert en aluminium noir aux bords biseautés, qui non seulement confèrent à la montre un flair unique, mais permet également une manipulation aisée. Autre caractéristique intéressante, le design du bracelet : avec son alliage de maillons brossés et polis, ce garde-temps convient aussi bien aux occasions décontractées que formelles.

L’Aquaracer de TAG Heuer est visuellement similaire à la Seamaster, à l’exception d’un détail plutôt évident, sa couleur. L’Aquaracer réf. WAK2111.BA0830 est habillée d’un bleu royal brillant, et son cadran présente un relief strié à la façon d’une persienne qui rappelle la Nautilus de Patek Philippe, ce qui, soit dit en passant, n’est jamais une mauvaise chose ! TAG Heuer marque également les heures avec des index bâton et renonce donc aux repères arrondis. Les aiguilles glaives sont en outre nettement plus étroites que celles de la Seamaster.

La lunette de l’Aquaracer s’apparente plus à celle de la Rolex Submariner qu’à celle de la Seamaster, bien qu’elle comporte toutefois des éléments en acier en relief donnant l’impression que l’insert est encastré. L’insert de la lunette est fabriqué à partir d’un composé céramique, contrairement à l’insert en aluminium de la Seamaster. Ce matériau donne à l’Aquaracer une apparence plus robuste, et il est bien connu que la couleur ne s’estompe pas autant sur de la céramique que sur de l’aluminium. Le bracelet comporte des maillons en forme de H qui rappellent le design de la Rolex Oyster. Ils sont en acier brossé et s’intègrent parfaitement au look fonctionnel de la montre.

Gagnante de la catégorie design : l’Omega Seamaster

Le « look » des montres de plongée tel que nous le connaissons aujourd’hui a été introduit avec le lancement de la Fifty Fathoms de Blancpain il y a 70 ans et développé ensuite par Rolex avec la création de la Submariner. Ces montres légendaires sont depuis lors devenues le modèle de référence de toute montre de plongée qui se respecte. Et force est de constater que la Seamaster et l’Aquaracer s’inspirent pleinement de ces classiques, notamment en termes de design. Si l’on peut parfois avoir l’impression d’être en présence d’une « simple montre de plongée », les deux montres possèdent leurs propres nuances. La Seamaster dispose par exemple d’un cadran à vagues, tandis que l’Aquaracer est dotée d’une imposante lunette. Des caractéristiques qui ne manquent pas d’apporter une touche d’originalité à chaque pièce et contribuent à distinguer ces modèles des centaines d’autres Submariner inondant le marché.

Quant à choisir une gagnante, il m’a été assez difficile de trancher entre les deux. Je préfère le style de cadran de l’Aquaracer à celui des vagues de la Seamaster, mais je pense que la lunette et le bracelet d’Omega sont un peu plus sophistiqués que ceux de la TAG. Je serais bien sûr heureux de porter l’un ou l’autre de ces garde-temps à mon poignet, mais la Seamaster Professional me semble être la plus polyvalente des deux, puisqu’elle se porte aussi bien lors d’occasions décontractées que formelles.

Malgré les nombreuses déclinaisons de la Seamaster, Omega ne change jamais les caractéristiques principales de sa collection.

2. Mouvement : le calibre Co-Axial d’Omega vs. le calibre ETA et Sellita de TAG Heuer

L’Aquaracer de TAG Heuer est animée par le mouvement Calibre 5 de TAG Heuer. Sa particularité réside dans le fait qu’il peut être basé soit sur l’ETA 2824-2, soit sur le Sellita SW200. Le Calibre 5 est par conséquent assez inhabituel. Deux montres de la même marque et du même modèle peuvent en être équipées tout en comportant une base différente. Le Calibre 5 est un mouvement automatique doté de 25 rubis (26 rubis dans le cas du Sellita) et offrant une réserve de marche de 38 heures, idéal pour un usage quotidien.

La Seamaster Professional abrite le mouvement co-axial à remontage automatique Omega 2500. J’ai par ailleurs examiné en détail trois générations de calibres coaxiaux de la marque, et ce mouvement m’impressionne réellement. Le 2500 est certifié chronomètre et son échappement co-axial nécessite une fréquence d’entretien beaucoup plus espacée. Il dispose d’une réserve de marche de 48 heures, ce qui, à l’instar de l’Aquaracer, est idéal pour quiconque souhaite porter sa montre tous les jours.

Gagnante de la catégorie mouvement : l’Omega Seamaster

À mes yeux, il y a un vainqueur incontestable dans cette catégorie. Le calibre 2500 coaxial d’Omega dépasse de loin le calibre 5 en termes de précision, de durabilité et de fiabilité.

3. Confort et usage : deux marques de montres prestigieuses, deux montres emblématiques

Indéniablement, les deux montres sont agréables à porter, ce qui est précisément ce que j’attends d’une montre outil au quotidien. Les deux modèles sont peu épais, vous ne risquez donc pas de les accrocher par inadvertance aux cadres de porte ou aux manches de vos chemises. Elles sont également simples d’usage. Leurs couronnes vissées se desserrent et s’ajustent aisément, et les lunettes restent toutes deux facilement lisibles en cas de faible luminosité.

Gagnante de la catégorie confort et usage : ex aequo

Alors que la lunette de l’Aquaracer semble être légèrement plus adhérente, l’Omega semble bénéficier d’une qualité de fabrication quelque peu supérieure. Il est cependant possible que ce sentiment reflète uniquement mon avis personnel sur Omega et sa capacité de travail concernant les finitions. Dans cette catégorie, je pense néanmoins que les montres sont ex aequo.

L’Aquaracer de TAG Heuer et la Seamaster d’Omega sont toutes deux très agréables à porter.
La montre de plongée classique d’Omega : la Seamaster 300 réf. CK2913

C’est une victoire pour l’Omega Seamaster

Si l’on considère que le prix d’une Seamaster d’occasion s’élève à près de 3 800 € et qu’une Aquaracer d’occasion se vend pour environ la moitié, l’Omega Seamaster apparaît comme un meilleur choix financier si vous êtes à la recherche d’une montre qui conservera sa valeur au fil du temps. Cela dit, il y a quelques années, les prix de ces deux montres de plongée étaient presque au coude à coude.

Avec deux victoires à son actif, l’Omega Seamaster Professional termine, selon mes critères, première de cette évaluation. C’est une montre de plongée magnifiquement conçue, dotée d’un calibre moderne, confortable et simple d’utilisation. Mais l’Aquaracer ne finit pas grande perdante, loin de là. J’apprécie grandement certaines de ses caractéristiques, notamment son cadran et sa lunette en céramique. Je la recommande aussi bien à ceux n’appréciant pas tant la Seamaster qu’à tous ceux au budget plus serré en quête d’une montre de plongée de qualité.


À propos de l'auteur

Chrono24

L'équipe du Magazine de Chrono24 se compose d'employés de Chrono24, d'auteurs indépendants et d'auteurs invités. Leur point commun ? La passion des montres de luxe…

À propos de l'auteur

Derniers articles

Les montres Breitling les plus abordables
22/02/2024
Modèles
 4 minutes

À la recherche des montres Breitling les plus abordables, à moins de 5 000 €

Par Donato Emilio Andrioli
2-1-Top-3
17/01/2024
Modèles
 6 minutes

Cinq montres à cadran Explorer (hors Rolex)

Par Sebastian Swart
ONP-783-2-1
16/01/2024
Modèles
 6 minutes

Montres à cadran rose : coup de génie ou faute de goût ?

Par Pascal Gehrlein