11/05/2021
 8 minutes

5 montres indestructibles pour les conditions extrêmes

Par Tim Breining
Tutoriels, reviews, talks, interviews, découvrez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube !

Plongeurs professionnels, pilotes de jet, aventuriers et amateurs de montres exigeants possèdent un point commun : leur passion pour les montres particulièrement résistantes. Qu’il s’agisse de montres de plongée, de montres d’aviateur ou simplement de montres extrêmement résistantes aux chocs, ce type de garde-temps jouit d’une grande popularité depuis quelques années.

Si les caractéristiques spéciales, impressionnantes et pratiques de ces montres sont au final peu utilisées au quotidien, elles ont toutefois le mérite de pouvoir être quantifiées et comparées. Qui n’aimerait pas posséder la montre la plus robuste, la plus étanche et la plus résistante aux chocs, même si celle-ci a plus de chance d’être portée au bureau qu’aux fins effectivement prévues telles que l’exploration d’une épave ou un vol acrobatique ?

Refined and indestructible: the Rolex Sea-Dweller Deepsea
La Rolex Sea-Dweller Deepsea, élégante et indestructible.

Si les passionnés de montres adorent comparer les données techniques de leurs garde-temps entre eux, soyons honnêtes : la signification de certaines spécifications et de certains détails n’est pas toujours évidente, et beaucoup seront incapables de vous expliquer le rôle qu’elles jouent dans la conception ou l’effet physique impliqué pour arriver à la robustesse souhaitée. Il en va de même pour les appellations telles que « montre de plongée », « montre sportive » ou « montre d’aviateur » : qui peut spontanément lister les caractéristiques garanties se cachant derrière ces termes et que peut-on vraiment attendre d’une telle montre ? Les cinq exemples ci-après viendront éclairer votre lanterne.

1. La Rolex Sea-Dweller Deepsea, un classique d’exception

La sous-catégorie des montres de plongée est si polyvalente qu’un seul modèle ne suffit pas à comprendre la totalité de la technologie complexe mise en œuvre. Étanche jusqu’à 3 900 m, l’impressionnante Sea-Dweller Deepsea de Rolex illustre à merveille la construction typique des montres de plongée. Ses spécifications remarquables sont toutefois tout sauf ordinaires.

La forme de résistance à l’eau la plus basique est une simple protection contre la pluie ou les éclaboussures. Afin d’empêcher l’eau de pénétrer dans la montre, les horlogers appliquent des joints scellant les cavités et les interstices indispensables, par exemple au niveau de la couronne ou des écarts dus aux tolérances de fabrication entre le boîtier et le fond du boîtier. La montre ainsi obtenue peut continuer à ressembler à une montre habillée mince et les couronnes vissées peuvent être supprimées sans problème. La protection offerte pour ce type de construction ne dépasse toutefois pas les 5 bar et n’est donc pas en mesure d’absorber les pics de pression entraînés par un impact avec la surface de l’eau. C’est pour cette raison qu’une montre est généralement qualifiée de montre de plongée lorsque son étanchéité dépasse les 20 bar.

New Rolex Deepsea Image Rolex
La Rolex Sea-Dweller Deepsea est également une montre d’exception sur la terre ferme.

Le verre inhabituel de la Rolex Sea-Dweller Deepsea, aussi robuste qu’esthétique

Les plongeurs souhaitant s’aventurer dans des eaux particulièrement profondes avec une montre de plongée relativement simple risquent toutefois de déformer le verre ou le fond du boîtier. Les montres possédant une excellente étanchéité sont donc rarement minces, mais plutôt volumineuses et épaisses. Les verres sont généralement bombés : cette décision n’est aucunement d’ordre esthétique, mais assure simplement une plus grande stabilité – aussi bien dans le cas de la Sea-Dweller Deepsea que d’autres montres. La Rolex Deepsea Special d’origine possédait un cristal hémisphérique pour la même raison.

En plus de la protection contre l’infiltration d’eau et un boîtier résistant à la pression, la valve à hélium est une autre caractéristique indispensable des montres de plongée extrême. L’échappement des molécules d’hélium permet en effet de résoudre un problème spécifiquement rencontré par les plongeurs à saturation. Cette nouveauté été présentée pour la première fois par Doxa en 1969 et par Rolex en 1971 dans la Sea-Dweller.

2. Christopher Ward C65 Super Compressor : une pièce originale au caractère vintage

La Super Compressor fait presque figure d’alien parmi les montres de plongées : alors que celles-ci sont généralement munies d’un fond de boîtier solide afin d’empêcher la moindre déformation, cet horloger fait appel à un ressort pressant le fond du boîtier de plus en plus fortement contre un joint au fur et à mesure que la pression de l’eau augmente. La montre gagne ainsi en étanchéité jusqu’à une certaine profondeur d’eau maximale et a été baptisée en référence à la technologie de compression du boîtier utilisée. Dans sa C65 Super Compressor, la marque Christopher Ward remet ainsi au goût du jour une technologie qui n’avait pas été intégrée dans un garde-temps depuis plus de cinq décennies. Ces boîtiers avaient été à l’origine conçus par le fabricant Ervin Piquerez SA, qui a approvisionné de nombreuses grandes marques entre les années 1950 et les années 1970. L’étanchéité de la C65 ne dépasse malheureusement pas les 15 bar, mais cette montre vaut tout de même la peine d’être mentionnée pour avoir ressuscité cette technologie oubliée.

3. L’Oceana de Pita Barcelona : une montre de plongée révolutionnaire ?

Un nouveau concept radical de montre de plongée sort de l’atelier barcelonais de l’horloger Aniceto Jiménez Pita, membre de l’Académie Horlogère des Créateurs Indépendants (AHCI). Le modèle Oceana résiste sans problème à des profondeurs de 5 000 m (soit 500 bar) et peut même être réglé pendant la plongée. La manufacture espagnole parvient à cette prouesse technique en enfermant le mécanisme interne dans un caisson totalement hermétique. La couronne et la tige de remontoir sont absentes car des aimants se chargent de transmettre la rotation du fond du boîtier à l’intérieur de la montre. Cette construction particulière nécessite entre autres une modification importante du mécanisme de remontage du mouvement de base ETA ainsi qu’une protection des composants sensibles contre le champ magnétique du module situé à l’arrière.

Montres de plongée classiques : les points auxquels vous devez faire attention lors de l’achat

Si vous avez du mal à vous y retrouver parmi ces technologies et conceptions fantaisistes, mettez-vous à la recherche de certifications fiables garantissant des performances très spécifiques de la montre. Les simples dénomination du type « montre sportive » ou « montre de plongée » ne sont pas suffisantes : s’agit-il plutôt d’une montre atteignant tout juste les 20 bar requis pour bénéficier de cette appellation ou d’un garde-temps massif et pratiquement indestructible qui pourra réellement vous accompagner en immersion ?

C’est ici que les normes nationales et internationales entrent en jeu. Dans le cas des montres de plongée, il s’agit de la norme DIN 8306 en Allemagne et de la norme ISO 6425 au niveau international. Si un fabricant propose une montre de plongée répondant à l’une de ces normes, vous pouvez être sur que les propriétés spécifiées seront garanties et que le modèle aura fait l’objet de contrôles de la part d’un institut de test indépendant.

La liste de critères de la norme DIN 8306 n’inclut pas uniquement la résistance à la pression mais également la résistance du bracelet, les propriétés anti-magnétiques, les propriétés de la lunette rotative ainsi que la lisibilité du cadran. Attention toutefois : l’étanchéité minimale requise par cette norme est de « seulement » 20 bar, une valeur dépassée par un bon nombre de modèles ne possédant pas forcément cette certification. Dans ce cas, l’acheteur doit être en mesure de se fier aux informations ainsi qu’aux spécifications du fabricant et de bien distinguer le discours marketing des faits techniques. En d’autre termes : une norme garantit des standards minimums fiables et définis avec précision, mais une montre ne répondant à aucune norme n’est pas forcément moins bien qu’une montre certifiée !

Well-made diving watches like the Omega Seamaster almost always meet ISO 6425 standards.
La plupart des montres de plongée populaires, telles que l’ Omega Seamaster, répondent à la norme ISO 6425.

4. Grande Montre d’Aviateur Absorption des Chocs XPL d’IWC : une montre d’aviateur résistante aux chocs

Il y a quelques semaines, lors du salon Watches & Wonders, IWC a dévoilé une montre d’aviateur remarquable poussant à l’extrême le concept de résistance aux chocs. L’occasion parfaite pour examiner l’aspect technique de la résistance aux chocs et sa pertinence dans les montres d’aviateur. IWC aurait mis près de huit ans à développer ce garde-temps, qui ne sera pas une pièce unique mais sera commercialisé au nombre de dix exemplaires par an.

La principale qualité de la Grande Montre d’Aviateur Absorption des Chocs XPL est sa résistance aux chocs, qui atteint selon IWC la valeur inimaginable de 30 000 g. Avant de s’intéresser à la manière dont cet exploit a été réalisé, penchons-nous tout d’abord sur les motivations de la marque. Sachant que le pilote d’un avion de chasse ne peut supporter 9 g que pendant un court moment dans des situations extrêmes, une montre pouvant résister à l’équivalent de 30 000 accélérations de la pesanteur à la surface de la Terre peut sembler légèrement excessive au premier abord.

IWC presented an extremely durable concept watch at Watches and Wonders 2021.
IWC a dévoilé une montre-concept extrêmement robuste lors du salon Watches & Wonders 2021.

En réalité, les montres offrant seulement une résistance de 9 g seraient relativement inutiles dans le quotidien d’une personne lambda : des accélérations dans l’unité g nous font en effet plutôt penser à des vols extrêmes ou à des montagnes russes qu’à des chocs rencontrés dans la vie de tous les jours. Nous sommes en réalité confrontés à des valeurs d’accélération bien plus élevées, et un impact violent ou une chute n’est autre qu’une accélération dans un délai très court et à des valeurs très élevées.

Lorsqu’un objet dur tombe sur une surface elle aussi dure, il est probable qu’une accélération supérieure à 1 000 g se produise dans les quelques secondes qui suivent l’impact. Des études montrent par exemple qu’un simple smartphone doit supporter un pic de plus de 400 g lorsqu’il tombe au sol. Une fois ces chiffres en tête, les 30 000 g de la Grande Montre d’Aviateur Absorption des Chocs XPL semblent déjà un peu plus justifiés.

La nouvelle montre multi-talent d’IWC est ultra-résistante

Deux éléments essentiels doivent être pris en compte pour que les montres mécaniques puissent résister à des accélérations aussi importantes : les chocs ne doivent entraîner que des écarts de précision acceptables et le mouvement ne doit subir aucun dommage permanent. Les forces produites en cas d’impact dépendent essentiellement des masses des composants installés et de la rigidité de leurs roulements. Les pivots de l’axe du balancier, qui doivent avoir le plus petit diamètre possible afin de minimiser les frottements, représentent généralement un défi en matière de résistance aux chocs. Le célèbre système antichoc, qui fait appel à un ressort pour assurer l’élasticité d’un roulement autrement rigide, « étire » l’énergie d’un impact sur une durée plus longue : même si l’énergie d’impact introduite dans le mouvement est identique, les forces maximales qui s’y produisent sont considérablement réduites.

La Grande Montre d’Aviateur Absorption des Chocs XPL signée IWC applique ce concept à l’ensemble du mouvement, qui n’est pas vissé dans le boîtier mais suspendu par un ressort en verre massif métallique. Ces matériaux possèdent d’excellentes propriétés de rebond et sont donc par exemple également utilisés dans les clubs de golf.

Grâce à cette construction, l’ensemble des forces d’accélération totales agissent uniquement sur le boîtier stable en cas d’impact, tandis que des accélérations beaucoup plus faibles agissent sur le mouvement entièrement monté sur ressorts à l’intérieur. IWC parvient à une réduction supplémentaire des forces grâce à l’utilisation de titane et d’aluminium afin d’assurer la légèreté de l’élément à ressort.

5. Sinn 103 Ti UTC IFR, la pionnière des montres d’aviateur

Sinn created new industry standards with watches like the 103 Ti UTC IFR
Sinn a fait de la norme DIN 8330 la référence des montres d’aviateur grâce à des modèles tels que la 103 Ti UTC IFR.

Il serait presque criminel d’écrire un article sur les exigences et les technologies utilisées dans les montres d’aviateur sans faire référence au fabricant allemand Sinn. La marque joué un rôle décisif dans la mise en place de la norme DIN 8330 pour les montres d’aviateur. Il n’existe malheureusement aucun équivalent international direct comme dans le cas des montres de plongée : la marque allemande Sinn est tellement traditionnelle qu’elle donne le ton pour l’ensemble des montres d’aviateur.

La 103 Ti UTC IFR est l’un des premiers modèles Sinn à respecter la norme DIN 8330 et à avoir reçu la certification correspondante. Sinn avait déjà collaboré avec une université et des entreprises avaient déjà établi une spécification appelée TESTAF pour les montres d’aviateur. Une coopération avec Laco, Hanhart, Stowa, Glashütte Original et Lufthansa Cargo a finalement été l’occasion d’aborder la création d’une norme DIN.

Cette norme possède la particularité d’avoir été élaborée en référence aux réglementations de l’industrie aéronautique et aux normes militaires internationales, ce qui signifie que ses exigences sont élevées et prennent en compte tous les aspects. La norme précise par exemple non seulement que la montre doit pouvoir supporter les chocs sans altération des fonctionnalités et de l’électronique embarquée, mais également que celle-ci doit être exempte de réflexions. L’idée de cette norme est que la montre d’aviateur puisse servir de substitut fiable en cas de défaillance d’un instrument de bord, sans jamais gêner ou interférer avec le fonctionnement normal.

Lire la suite

Sept montres, sept records du monde

Ellen DeGeneres : les montres de la reine d’Hollywood

Les montres dans les films : les garde-temps en vogue à Hollywood


À propos de l'auteur

Tim Breining

Je me suis intéressé aux montres à partir de 2014, pendant mes études d'ingénieur. Puis cette curiosité s'est transformée en passion. Comme mon université et le siège …

À propos de l'auteur

Zoom sur

Derniers articles

Vacheron-Constantin-2-1
22/09/2021
Guide des acheteurs
 8 minutes

La Sainte Trinité : Patek Philippe, Audemars Piguet et Vacheron Constantin

Par Jorg Weppelink
Omega James Bond Watches 2-1
21/09/2021
Événements
 5 minutes

Rien que pour vos yeux : passage en revue des montres de James Bond

Par Chrono24