29/02/2024
 4 minutes

29 jours en février : que font nos quantièmes ?

Par Aaron Voyles
Année bissextile : les quantièmes en horlogerie

Année bissextile : les quantièmes en horlogerie

Tandis que le temps poursuit sa marche inéluctable, certaines bizarreries interrompent notre calendrier et nos méthodiques garde-temps.

L’une de ces bizarreries, et sans doute la plus notable, est l’année bissextile, qui ajoute un jour supplémentaire à nos calendriers tous les quatre ans. Mais pourquoi ce jour en plus et à quoi sert-il ? Et quelles sont les implications pour notre vie quotidienne et, surtout, pour nos garde-temps ? Découvrons ensemble les subtilités de l’année bissextile et son importance dans l’horlogerie moderne.

Qu’est-ce qu’une année bissextile et à quoi sert-elle ?

Une année bissextile compte un jour supplémentaire en février, ce qui porte le nombre total de jours de l’année de 365 à 366. Cet ajustement est nécessaire pour synchroniser l’année civile avec l’année astronomique. Notre calendrier grégorien, qui est le plus utilisé aujourd’hui, est basé sur la durée de l’orbite de la Terre autour du Soleil.

Cela pose toutefois un petit problème, car ce tour dure environ 365,24 jours. Deux possibilités s’offrent donc à nous : soit avoir une journée de 6 heures un « 32 décembre » de chaque année, soit ajouter un jour supplémentaire au calendrier tous les quatre ans afin de compenser la fraction de jour qui s’accumule chaque année. C’est cette dernière solution que nous avons choisie, en ajoutant le jour supplémentaire au mois le plus court, le mois de février.

Quels sont les différents types de calendriers ?

Les calendriers se déclinent en de nombreuses formes pour répondre à des objectifs et à des besoins culturels spécifiques. Le calendrier grégorien, nommé d’après le pape Grégoire XIII, qui l’a introduit en 1582, est le calendrier civil le plus répandu dans le monde aujourd’hui. Il organise l’année en 12 mois avec un nombre de jours variable pour atteindre une durée moyenne de 365,2425 jours. Ce calendrier sert de canevas à notre vie quotidienne, en régissant tous les aspects, depuis les rendez-vous et les jours fériés jusqu’à notre semaine de travail et la façon dont nous mesurons le temps passé sur la liste d’attente pour obtenir notre montre préférée.

Il existe de nombreux autres calendriers, parmi lesquels le calendrier lunaire, le calendrier solaire ou encore le calendrier lunisolaire. Les calendriers lunaires, comme le calendrier hégirien Hijri, sont basés sur les phases de la Lune. Les calendriers solaires, comme l’ancien calendrier égyptien, reposent uniquement sur la position de la Terre par rapport au Soleil. Les calendriers luni-solaires, comme le calendrier hébraïque, combinent des éléments des cycles lunaires et solaires pour réguler le temps. Enfin, il existe des calendriers tels que le calendrier japonais des années impériales, basées sur l’ère impériale et l’année du règne de l’empereur. Heureusement pour les horlogers, le calendrier grégorien est un peu plus simple à traduire dans une complication horlogère, mais comment s’y prennent-ils ?

Quels calendriers équipent les montres ?

Dans le monde de l’horlogerie, où l’art et la science de la mesure du temps se confondent, les quantièmes jouent un rôle crucial dans plusieurs complications horlogères. S’ils constituent la base des fonctions de base du jour et de la date, c’est lorsque les horlogers commencent à prendre en compte les semaines, les mois, les années et les années bissextiles que les montres deviennent vraiment compliquées.

Au-delà de l’affichage de base du jour et de la date, il existe trois types de montres à quantième : le triple quantième, le quantième annuel et le quantième perpétuel. Un triple quantième ajoute un affichage du mois à l’affichage du jour et de la date, mais il suppose que chaque mois compte 31 jours, de sorte qu’il doit être ajusté cinq fois au cours d’une année. Lorsqu’un indicateur de phase de lune est ajouté à un quantième triple, on appelle cela un « quantième complet ».

Vient ensuite l’humble quantième annuel, qui s’ajuste automatiquement pour les mois de 30 ou 31 jours, mais nécessite une correction manuelle pour le mois de février. Inventé par Patek Philippe, le quantième annuel est à mi-chemin entre le quantième triple ou complet et le quantième ultime : le quantième perpétuel.

Pour faire simple, la complication du quantième perpétuel tient compte des jours du mois de février tout en tenant compte du 29e jour de l’année bissextile, ce qui permet d’afficher la date avec précision sans intervention manuelle pendant des siècles, voire des milliers d’années, d’où le nom de quantième perpétuel. Inventé en 1762, converti en montre-bracelet en 1898 et popularisé par Patek Philippe, le quantième perpétuel est, depuis des siècles, au zénith des complications horlogères du fait de son incroyable complexité.

En conclusion

Alors, quand pourrez-vous profiter de la magie de ce jour supplémentaire de février ? Pas plus tard que cette année. Oui, 2024 est la promesse de 24 heures supplémentaires, nous donnant à tous plus de temps pour apprécier les moments de la vie, la beauté de notre monde et, peut-être, l’élégance intemporelle d’une montre finement ouvragée. Et si vous avez la chance de posséder un quantième perpétuel, ne manquez pas de surveiller l’affichage de la date pour assister à l’événement qui se produit une fois tous les quatre ans, lorsque le 28 février passe au 29, car la prochaine échéance sera… eh bien, vous le savez.


À propos de l'auteur

Aaron Voyles

J'aime tout ce qui a trait à l'horlogerie, de la conception artistique à l'ingénierie dissimulée dans les mouvements, en passant par l'histoire des montres.

À propos de l'auteur

Derniers articles

ONP-878-Todays-Fashion-Icons-and-their-watches
13/03/2024
Lifestyle
 5 minutes

Les montres de luxe des icônes de la mode

Par Chrono24
Cartier-Tank-2-1
14/02/2024
Lifestyle
 4 minutes

Les meilleures montres pour les couples

Par Jorg Weppelink