Se connecterSe connecter
4 181 montres pour "

Rolex Submariner

"
Marque
Modèle
Prix
Diamètre
Année
Lieu
Plus
Votre sélection

Votre sélection

Votre sélection

Votre recherche n'a donné aucun résultat.
Votre sélection

Votre recherche n'a donné aucun résultat.
Votre sélection

Votre recherche n'a donné aucun résultat.
Données générales
Type de montre
Référence
Plus ...
Neuve/Occasion
Disponibilité
Sexe
État
Plus ...
Contenu livré
Caractéristiques & fonctions
Mouvement
Boîtier
Plus ...
Cadran
Plus ...
Verre
Plus ...
Complications
Plus ...
Hauteur
Plus ...
Matériel lunette
Plus ...
Chiffres du cadran
Étanche
Plus ...
Autres
Plus ...
Bracelet
Matière du bracelet
Plus ...
Largeur entrecorne
Plus ...
Couleur du bracelet
Plus ...
Matériel de verrouillage
Plus ...
Annuler

Trier par

Rolex 18K/SS Submariner Factory Serti Diamonds Box & Papers Rolex 18K/SS Submariner Factory Serti Diamonds Box & Papers
7.669 

Découvrez aussi :

Achetez votre Ateliers deMonaco neuve directement auprès de la marque.
En savoir plus

Rolex Submariner : la montre de plongée de référence

En 1953, la manufacture suisse présente une des premières montres de plongée au monde : la Submariner, étanche à 100 m. Ces montres à lunette tournante et cadran noir mat sont aujourd'hui encore de vraies pièces de collection.

Points forts de la Rolex Submariner

  • Une des premières et des plus célèbres montres de plongée au monde
  • Modèles de collection : "Red Sub" et "COMEX"
  • Chronomètre Superlatif : calibres 3131 et 3135 (date)
  • Esthétique intemporelle et prestigieuse
  • Placement sûr et fort potentiel de plus-value

Rolex Submariner : la montre des agents secrets et des pilotes

À sa sortie, la Submariner subjugue littéralement les professionnels de l'horlogerie. Rolex présente une montre-bracelet de conception inédite qui fera date dans le domaine des montres de plongée. La référence 6204 possède de grandes aiguilles luminescentes pour les secondes, les minutes et les heures, des chiffres et des index également luminescents ainsi qu'un cadran noir mat. La montre est présentée accompagnée d'une petite étiquette "Submariner : the diver's friend" (Submariner : la meilleure amie du plongeur). Elle a même conquis Hollywood. Le premier James Bond portait la référence 6538, la fameuse "James Bond Sub". Le célèbre agent secret 007 a porté plusieurs montres, mais toutes ne peuvent pas être identifiées. La Submariner 5513, mise aux enchères en novembre 2011 par la salle des ventes Christie's, fait exception. Roger Moore l'a portée dans le 8e opus de la série, Vivre et laisser mourir, sorti en 1973. Dans l'un de ses 14 romans d'espionnage mettant à l'honneur James Bond, l'écrivain Ian Fleming évoque la Rolex Oyster Perpetual, dans les autres il ne donne que le nom de la marque. Depuis 1995, l'agent de Sa Majesté porte des modèles de la manufacture suisse Omega.
L'acteur et pilote automobile Steve McQueen a lui aussi été séduit par la robustesse et la précision de la Submariner. Il a été photographié avec la référence 5512 au poignet. Parmi les amateurs de la Submariner, on compte également le révolutionnaire Che Guevara. S'accordant aussi bien avec la combinaison de course de Steve McQueen qu'avec le smoking de James Bond, cette montre-bracelet est bien plus qu'un simple instrument de plongée. Véritable "archétype de la montre de plongée", elle n'a pas fini d'écrire l'histoire.

Bienvenue dans l'univers de la Rolex Submariner

Si vous êtes à la recherche d'une montre de plongée à l'esthétique intemporelle, la Rolex Submariner est faite pour vous. Célèbre dans le monde entier, son design demeure presque inchangé au fil des années. Certaines innovations, comme la lunette en céramique Cerachrom, viennent cependant compléter les nouveaux modèles. Les garde-temps sont animés des meilleurs mouvements mécaniques au monde, caractérisés par leur robustesse, leur fiabilité et leur précision. Acheter une Submariner, c'est faire un investissement : les exemplaires d'exception prennent de la valeur au fil du temps. Comptez entre 4000 et 5000 euros pour un modèle d'occasion, en bon voire très bon état. Neuve, la Submariner vous coûtera environ 6000 euros. Les versions bicolores - mélange d'acier et d'or jaune 18 carats - avoisinent les 9000 euros, tandis qu'il faudra tabler sur près de 20 000 euros pour un garde-temps en or massif 18 carats. Impossible de connaître précisément le prix de certains modèles vintage très convoités comme la "Red Sub" (Submariner rouge), référencée 1680 : comptez entre 10 000 et 30 000 euros selon l'état. La COMEX, garde-temps conçu pour la Compagnie maritime d’expertises, évolue dans le même ordre de prix. S'ils sont en très bon état, certains exemplaires des années 1970 atteignent plus de 100 000 euros.

Guide d'achat de la Rolex Submariner

  • Modèles neufs à partir de 6000 euros (4000 euros d'occasion)
  • Versions bicolores à partir de 9000 euros, modèles en or massif 18 carats à partir de 20 000 euros
  • Montres vintage d'exception : "Red Sub", "Tropical Dial" et "COMEX"
  • Étanche à 30 bar (300 m)
  • Plus étanches encore : Rolex Sea-Dweller 4000 (1220 m) et Rolex Sea-Dweller Deepsea (3900 m) sans loupe Cyclope

Modèles similaires chez les autres fabricants

Esthétique intemporelle et innovation technique

D'un point de vue esthétique, la Submariner n'a pas beaucoup changé. Au fil des années, le boîtier s'est agrandi et un protège-couronne a fait son apparition (en 1959) afin de préserver la couronne vissée de chocs éventuels. En 1966, une version avec date vient s'ajouter aux modèles existants. Les changements se trouvent dans les détails, comme le polissage de la tranche du bracelet par exemple, ou encore le boîtier et les barrettes sans percement complet. La Submariner a certes conservé le design des années 1950, mais n'en demeure pas moins au goût du jour.
Les montres automatiques sont désormais étanches à 300 m. Elles possèdent une lunette tournante à 120 clics qui ne tourne que dans le sens antihoraire, condition désormais nécessaire pour les montres de plongée. Le revêtement du disque rotatif est en céramique Cerachrom, pratiquement inrayable. L'index du zéro de la lunette est recouvert de Chromalight. Cette matière luminescente bleue brille plus longtemps que le SuperLuminova, pigment lumineux largement employé en horlogerie. Le fabricant a par ailleurs déposé une fine couche de platine sur les chiffres et les index de la lunette. Les aiguilles sont bombées et sont en or, comme les index du cadran. Tout comme les aiguilles des heures et des minutes, la trotteuse possède un point lumineux. La glace saphir est tout à fait semblable à celle des versions précédentes. Seul le contour du verre a été renforcé pour mieux résister aux chocs.
La Submariner en acier inoxydable pèse 150 g. Comme le cerclage en acier et l'intérieur de la boucle déployante, l'arrière du boîtier est lisse. Le fermoir équipé du système Glidelock, permettant de rallonger le bracelet, a été quelque peu agrandi. Ainsi, la montre se porte aussi bien au poignet que par-dessus la combinaison de plongée. Ce fermoir est également équipé d'un système de sécurité pour éviter toute ouverture accidentelle.

Les calibres 3135 et 3130

Dans sa version avec affichage de la date et loupe Cyclope, autre caractéristique de Rolex, c'est le calibre 3135 qui anime la Submariner. Sa fabrication est entièrement assurée par la manufacture à Bienne, et ce depuis 1989. Il fallait qu'il soit robuste mais aussi extrêmement précis, un calibre tout terrain en somme. Voilà sûrement la raison pour laquelle le mouvement est protégé par un fond en acier inoxydable. Il possède plusieurs qualités esthétiques, comme la roue de remontoir en aluminium rouge ou encore le spiral Parachrom bleu, détails que l'on ne peut pas ne pas remarquer. La finition soleil satiné sur le rotor et le pont de balancier ainsi que le perlage des coqs se font quant à eux plus discrets. Les modèles sans date sont équipés du calibre 3130. Les mouvements sont tous deux certifiés chronomètres, ayant passé avec succès les tests du Contrôle officiel suisse des chronomètres (COSC).
Ces deux calibres font partie des meilleurs mouvements automatiques du marché. Rolex a optimisé des composants essentiels tels que le spiral afin d'augmenter la précision de ses montres. Ainsi, le spiral a été conçu dans un alliage spécial permettant à la montre de résister aux champs magnétiques. La courbe Breguet permet au spiral d'avoir un développement concentrique et à la montre de gagner en précision. Ce spiral à courbe doublement incurvée a été inventé vers 1795 par le maître horloger Abraham-Louis Breguet. Le réglage extrêmement précis est assuré par quatre écrous Microstella situés à l'intérieur du grand balancier, et non grâce à la queue de raquette, comme c'est le cas de la plupart des mouvements mécaniques.

Points forts techniques

  • Calibres de manufacture 3130 et 3135 (date) certifiés COSC
  • Calibres 3130 et 3135 : les automatiques les plus fiables du marché
  • Spiral Parachrom antimagnétique et courbe Breguet
  • Correction rapide de la date et stop seconde pour mise à l'heure précise
  • Écrous Microstella pour un réglage extrêmement précis

La "Red Sub" : une pièce de collection

Certaines Rolex enthousiasment plus particulièrement les collectionneurs. C'est incontestablement le cas de la "Red Sub" (Submariner rouge), référencée 1680, produite entre 1967 et 1980. Jusqu'en 1974, l'inscription "Submariner" apparaissait en rouge sur le cadran, d'où son appellation. Certains détails du cadran révèlent s'il s'agit d'une vraie Submariner ou d'une copie. Entre 1967 et 1974, Rolex a utilisé pas moins de six cadrans différents portant la désignation Mark I à Mark VI. Le plus grand changement a eu lieu entre Mark III et Mark IV. Les connaisseurs appellent les cadrans I à III les "Meters First", puisqu'on peut y lire l'inscription "200 m = 660 ft". À partir de la Mark IV, on parle de "Feet First" car les pieds et les mètres sont intervertis. Les premières versions de la Submariner rouge possédaient un cadran Mark I. Ces montres sont aujourd'hui les plus rares et donc les plus convoitées. On les reconnaît aux six fermés (660 ft).
Parmi les autres caractéristiques, les "Tropical Dials" (cadrans tropicaux), que l'on retrouve uniquement sur les Mark II et III. Au fil du temps et sous l'effet du soleil, de l'humidité et de la chaleur, la couleur du cadran et de la lunette a viré au marron. Cela résulte sans doute d'un mélange de couleurs particulier réalisé par le sous-traitant de l'époque. Ces "Tropical Dials" sont très convoités par les collectionneurs : plus la couleur de la masse lumineuse passe du blanc au jaune ou au marron, plus leur valeur augmente. Autre signe distinctif de Rolex, les aiguilles et les index doivent être de la même couleur.
Lorsqu'on achète une Submariner rouge, il est important que les numéros de référence et de série soient lisibles. Sur les premiers modèles, on retrouve même la date de production sur le fond du boîtier. Cette date doit correspondre au numéro de série.
Si les chiffres et les index apparaissent en gras sur la lunette, alors vous êtes en possession de la "Red Sub" d'origine. Les versions plus tardives possèdent des marqueurs plus fins. Néanmoins, si le point luminescent devant apparaître sur le zéro manque, ou s'il est endommagé, votre Submariner ne perdra pas de valeur.
Cette Submariner vintage est animée par le mouvement automatique 1575, qui, à la différence du 1570, dispose de l'affichage de la date. Le calibre 1575 équipe d'autres garde-temps comme la Sea-Dweller (référence 1665) ou la GMT-Master (référence 1675).

Rolex Submariner : un modèle à succès depuis 1953

Depuis plus de 60 ans, la Submariner ne cesse de gagner en importance. Véritable icône, elle est une des montres les plus célèbres au monde. En 2012, la Deepsea Challenge descend dans la fosse des Mariannes à près de 12 000 m, profondeur record pour une montre-bracelet. Grâce à sa couronne vissée à système de double étanchéité, l'aînée de la première Submariner de 1953 (référence 6200) était étanche à 100 m. La lunette tournante, à l'époque encore dans les deux sens, s’encliquette à la minute près. Les plongeurs peuvent ainsi aligner le marqueur principal (équivalent à zéro) de la lunette avec l'aiguille des minutes. Un coup d’œil suffit pour connaître le temps écoulé. En 1953, la manufacture suisse Blancpain augmente le degré de sécurité des immersions sous-marines en munissant sa Fifty Fathoms d'une lunette tournant uniquement dans le sens antihoraire. Ainsi, le temps de plongée ne peut être que réduit, jamais allongé.
Pour le développement de la Submariner, Rolex a fait appel aux conseils avisés de René-Paul Jeanneret. L'ancien directeur de Rolex, passionné de plongée, a fourni de précieuses indications pour la conception du cadran, de la lunette et du boîtier. La montre a passé une batterie de tests et totalisé 132 immersions entre 12 et 60 m de profondeur. On raconte même qu'elle aurait résisté à une chute de 2 m sur du béton : malgré le choc, seul un morceau de pâte luminescente se serait détaché de la grande aiguille. L'héritière de la première Submariner est étanche à 200 m et devient la montre officielle des unités navales anglaises, canadiennes et australiennes.
1953 est une année particulièrement riche dans l'histoire de l'horlogerie : au mois d'août, le Néo-Zélandais Sir Edmund P. Hillary et le Sherpa Tenzing Norgay sont les premiers hommes à gravir le Mont Everest. L'Oyster Perpetual de Rolex est du voyage. Rolex est l'un des sponsors de cette expédition menée par le colonel Sir John Hunt. Les automatiques n'ont pas été offertes aux alpinistes, elles ont servi à collecter des informations capitales sur leur robustesse et leur précision. À la fin de l'expédition, Sir Hillary a donc renvoyé son garde-temps à Genève, accompagné de ses commentaires. De nombreux tests ont ensuite permis de créer la Rolex Explorer, conçue pour les explorateurs et les aventuriers.