Se connecterSe connecter
2 235 montres pour "

IWC Portuguese

"
Marque
Modèle
Prix
Diamètre
Année
Lieu
Plus
Votre sélection

Votre sélection

Votre sélection

Votre recherche n'a donné aucun résultat.
Votre sélection

Votre recherche n'a donné aucun résultat.
Votre sélection

Votre recherche n'a donné aucun résultat.
Données générales
Type de montre
Référence
Plus ...
Neuve/Occasion
Disponibilité
Sexe
État
Plus ...
Contenu livré
Caractéristiques & fonctions
Mouvement
Boîtier
Plus ...
Cadran
Plus ...
Verre
Plus ...
Complications
Plus ...
Hauteur
Plus ...
Matériel lunette
Plus ...
Chiffres du cadran
Étanche
Plus ...
Autres
Plus ...
Bracelet
Matière du bracelet
Plus ...
Largeur entrecorne
Plus ...
Couleur du bracelet
Plus ...
Matériel de verrouillage
Plus ...
Annuler

Trier par

IWC Portuguese Rattrapante 18k Yellow Gold Ref. IW3712... IWC Portuguese Rattrapante 18k Yellow Gold Ref. IW3712... Prête à être expédiée 9.250  UK 177 2016

IWC Portugieser : un temps d'avance

L'IWC Portugieser est une légende parmi les légendes. Peu de temps après sa sortie, cette montre-bracelet fascinait déjà. Tout en haut de la gamme, on trouve les modèles en platine munis de tourbillon et de l'affichage de l'heure sidérale.

Principales caractéristiques de la collection Portugieser d'IWC

  • Modèle phare : Portugieser Sidérale Scafusia avec tourbillon à force constante et affichage de l'heure sidérale
  • Grande Complication avec calendrier perpétuel, fonction chronographe et répétition minutes
  • Jusqu'à 8 jours de réserve de marche
  • Portugieser Yacht Club Chronographe à fonction flyback : la sportive
  • Portugieser Chronographe également avec fonction rattrapante

IWC Portugieser : inspirée des chronomètres de marine

L'histoire de la Portugieser d'IWC débute dans la première moitié du XXe siècle. À la fin des années 1930, deux marchands portugais demandent à IWC (International Watch Company) de leur créer une montre-bracelet présentant les mêmes qualités qu'un chronomètre de marine. Les chronomètres de marine étaient réputés pour leur grande précision, primordiale pour la navigation. À l'époque, seules les montres de gousset pouvaient avancer pareilles qualités. IWC détourne ainsi le calibre 74 (conçu à l'origine pour les montres savonnettes) et le place dans un boîtier de montre-bracelet. Comme la couronne de ce mouvement se trouvait déjà sur le côté droit de la montre, l'insertion du mouvement s'est faite sans difficultés. Le calibre 74 étant à l'origine conçu pour une montre de poche, la montre-bracelet mesurait 41,5 mm de diamètre, dimension inhabituelle pour l'époque. Les petites montres-bracelets carrées style Art déco avaient plutôt la cote. La Portugieser était donc bien éloignée des tendances esthétiques de son temps. D'un point de vue technique, la montre avait une longueur d'avance : arborant un grand pont de balancier pour montres de poche, la première Portugieser était beaucoup plus précise que ses contemporaines.
Jusque dans les années 1980, IWC ne produit que quelques centaines d'exemplaires de sa grande montre de poignet. En 1993, la manufacture de Schaffhouse réédite sa Portugieser. En un rien de temps, la montre-bracelet se transforme en véritable best-seller de la manufacture.

Guide d'achat de l'IWC Portugieser

À l'instar des montres de la collection Montres d'Aviateur, la Portugieser fait partie des icônes de la manufacture suisse. Une Portugieser Chronographe d'occasion vous coûtera près de 4000 euros, comptez à partir de 5000 euros pour la version neuve. La Portugieser Automatic avec calibre de manufacture se trouve d'occasion aux alentours de 1000 euros. Munie d'une petite seconde, d'un guichet de la date, d'un indicateur de réserve de marche et d'une autonomie de 7 jours, cette montre automatique s'achète neuve à près de 8000 euros.
La Portugieser Yacht Club fait partie des montres les plus vendues d'IWC. D'occasion, ce garde-temps à fonction chronographe vous coûtera environ 7000 euros, comptez près de 9000 euros pour la version neuve.
Parmi les complications les plus appréciées, le calendrier annuel. À la différence d'un guichet de la date ou d'un affichage day-date ordinaires et comme son nom l'indique, le calendrier annuel ne nécessite qu'une correction par an, le 1er mars. Comptez près de 15 000 euros pour une IWC Portugieser Calendrier Annuel neuve. Les modèles munis de la fonction calendrier perpétuel ne nécessitent de correction manuelle que tous les 577,5 ans. L'indicateur de phase de lune n'aura alors qu'un jour de décalage. Le mouvement mécanique prend en compte les différentes longueurs de mois et même les années bissextiles. Un exemplaire d'occasion vous coûtera près de 18 000 euros, comptez 20 000 euros pour la version neuve.
Les montres munies d'un tourbillon sont considérées comme de véritables chefs-d'œuvre de l'horlogerie. Le tourbillon a été développé à la fin du XVIIIe siècle par Abraham-Louis Breguet pour limiter les effets de la gravité terrestre sur la marche de la montre. Vous trouverez des Portugieser Tourbillon d'occasion en très bon état à partir de 33 000 euros, comptez près de 44 000 euros pour la version neuve.
Autre modèle phare de la collection Portugieser, la Grande Complication. La montre-bracelet est pourvue de la fonction chronographe, d'un calendrier perpétuel avec affichage des phases de lune, d'un remontage automatique et d'une répétition minutes pour les heures, les quarts d'heure et les minutes. Un exemplaire d'occasion vous coûtera près de 120 000 euros, tandis qu'il faudra compter environ 160 000 euros pour un modèle neuf.

IWC Portugieser Chronographe : arrêter le temps

Les chronographes sont très appréciés des amateurs de montres. Ce terme signifie "celui qui inscrit le temps". Un chronographe vous permettra de calculer des intervalles de temps. La plupart de ces montres affichent une aiguille du chronographe au centre ainsi qu'un voire deux compteurs pour les heures et les minutes. Un autre compteur est prévu pour la petite seconde.
Sur l'IWC Portugieser Chronographe, la petite seconde se situe à 6 heures. Sous la position 12 heures, on trouve le compteur 30 minutes. La trotteuse au centre sert donc d'aiguille de chronographe. Pour le boîtier, vous avez le choix entre l'acier ou l'or rose 18 carats. Il mesure 40,9 mm de diamètre. Si vous êtes à la recherche d'un chronographe plus volumineux, tournez-vous vers la Portugieser Chronographe Classique, qui mesure 42 mm de diamètre. Le cadran de la plus petite version est noir, argenté ou couleur ardoise. Pour marquer les heures, la manufacture utilise des chiffres arabes. Les minutes sont affichées sous forme de points. Pour calculer des intervalles de secondes et leurs fractions, IWC emploie de fins index au bord du cadran. Cette échelle est graduée toutes les cinq secondes de chiffres arabes pour faciliter la lecture. Elle vous permet de mesurer un temps au quart de seconde près.
La montre-bracelet à fonction chronographe bat au rythme du calibre 79350, conçu à partir de l'ETA Valjoux 7750, l'un des meilleurs calibres chronographes automatiques au monde. Le mouvement dispose d'une réserve de marche de 44 heures. Équipée d'un stop seconde, la Portugieser Chronographe se règle à la seconde près. Le remontage automatique alimente le mouvement de la montre de façon continue lorsqu'elle est portée. Son balancier oscille à une fréquence de 28 800 alternances par heure (A/h).

Caractéristiques de la Portugieser Chronographe

  • Montre-bracelet classique à fonction chronographe
  • Boîtier en acier ou en or rose 18 carats
  • Mesure des intervalles de temps jusqu'à 30 minutes

Portugieser Sidérale Scafusia : le chef-d'œuvre d'IWC

La Portugieser Sidérale Scafusia est la montre-bracelet la plus compliquée jamais produite par IWC. Sa conception aura pris 10 ans. Elle s'illustre par son tourbillon à force constante, sa réserve de marche de 4 jours (96 heures) et son affichage de l'heure sidérale. L'heure sidérale affiche environ 4 minutes de différence par rapport à l'heure solaire. Le temps sidéral sert notamment à trouver chaque nuit la même étoile à la même position. Les astronomes l'utilisent avant tout comme échelle temporelle de référence. Elle repose sur le déplacement apparent des étoiles, lui-même causé par la rotation de la Terre. Le jour sidéral correspond à la durée que met la Terre pour faire un tour sur elle-même.
La Portugieser Sidérale Scafusia affiche l'heure sidérale sur un compteur situé à 12 heures. La montre affiche également l'heure ordinaire, au moyen de deux aiguilles au centre pour les minutes et les heures, et d'une petite seconde. La petite trotteuse effectue sa rotation au-dessus de la cage du tourbillon. Comme le tourbillon fait une rotation complète par minute autour de son axe, la petite seconde calque sa course sur celle du tourbillon. À 4 h 30, on trouve l'indicateur de réserve de marche. Une petite aiguille affiche à quel moment le mouvement 94900 à remontage manuel a besoin d'être alimenté en énergie.

Le tourbillon à force constante

Le tourbillon à force constante de l'IWC Portugieser Sidérale Scafusia est l'une de ses particularités. IWC est ainsi parvenue à compenser l'amplitude d'oscillation du balancier. Sur les mouvements mécaniques, la force que le ressort transmet à l'échappement varie constamment. La tension est à son maximum lorsque la montre est entièrement remontée. Plus elle perd de son énergie et plus l'amplitude se réduit. Ces changements d'amplitude mènent bien souvent à des écarts de précision.
Comme son nom l'indique, le mécanisme du tourbillon à force constante d'IWC maintient constamment l'amplitude d'oscillation du balancier. La précision du garde-temps est ainsi optimale. Deux barillets montés en série garantissent une marche précise et régulière pendant au moins 48 heures. Suite à quoi, la montre dispose encore de 48 heures d'autonomie, sans le tourbillon à force constante. On le devine facilement au mouvement glissant de l'aiguille des secondes et bien entendu à l'indicateur de réserve de marche. Passées 48 heures, l'aiguille des secondes accomplit cinq petits sauts par seconde, correspondant à une fréquence de balancier de 18 000 A/h. Alors que lors des premières 48 heures, lorsque le tourbillon à force constante fait son œuvre, l'aiguille n'effectue qu'un seul saut par seconde, comme c'est le cas d'une montre à quartz. IWC a également recours à ce mécanisme raffiné dans sa sportive Ingenieur Tourbillon Force Constante.

Montre-bracelet avec carte du ciel et calendrier perpétuel

Au dos de la Portugieser Sidérale Scafusia, on retrouve la carte d'un ciel étoilé au-dessus d'un lieu donné. La carte compte entre 500 et 1000 étoiles. Les constellations représentées aident à s'orienter. Un filtre polarisant permet d'afficher la carte en bleu le jour et en noir la nuit. Autour de la carte, deux anneaux gradués sur 24 heures indiquent l'heure qu'il est. L'anneau intérieur affiche l'heure solaire, l'anneau extérieur l'heure sidérale. La montre indique également les heures de lever et de coucher du soleil. À cela s'ajoute un calendrier perpétuel avec affichage des années bissextiles et du jour absolu de l'année. Le 1er janvier devient donc le jour 1, le 31 janvier le jour 31 et le 31 décembre le jour 365. Si l'année est bissextile, le 31 décembre est alors le 366e de l'année. Il s'agit de la façon usuelle de compter pour les astronomes. L'abréviation "LY" (leap year) signifie année bissextile, elle apparaît dans un petit guichet qui vous indique alors si l'année en cours en est une ou non. Pour connaître la date actuelle, vous devez additionner le chiffre moyen du grand guichet avec celui du petit guichet de droite.
Pour le boîtier de la Portugieser Sidérale Scafusia, IWC utilise le platine, l'or blanc ou l'or rose 18 carats. Il mesure 46 mm de diamètre et convient plutôt aux poignets imposants. Avec ses 17,5 mm d'épaisseur, la montre est également très haute. Les 520 composants du calibre ont en effet besoin d'espace. Si le boîtier est en platine, la montre-bracelet pèse 280 g. Le bracelet est en cuir d'alligator, il est conçu par la manufacture de luxe italienne Santoni.